Le CO2, pour masquer les vraies pollutions

L’homme consomme beaucoup d’énergie fossile ! Depuis la guerre de 39-45, en gros, presque toute l’énergie consommée est de l’énergie fossile (80 %). Pétrole, gaz, lignite, charbon polluent si on laisse ces carburants brûler comme on brûle par exemple le bois en Afrique… et c’est ce qu’on fait : peu de filtrages sont appliqués, aucune précaution n’est prise pour préserver notre santé et nous devons bien constater que les maladies liées à la pollution se multiplient…

Théories alternatives du développement économique – Note de lecture

Erik Reinert et Claude Rochet, Oslo, 2007

Qu’est-ce qu’une bonne décision publique? 2017

La technologie, entre pilote et naufrageur des administrations publiques ?

L’homme est-il une machine à calculer?

L’Etat stratège: quelques enseignements de l’histoire

Pour une logique de l’indiscipline

Il est à craindre que l’important ouvrage d’Alasdair Roberts paru en 2010 aux Etats-Unis, « The Logic of Discipline »[1], n’ait pas l’impact qu’il mérite auprès du public francophone, et français en particulier, confronté aux interrogations soulevées par la crise de l’euro, et derrière elles, tout le système de croyances qui a présidé aux réformes depuis la fin des années 1970.

Non à l’euthanasie bureaucratique de l’Etat

Management public et bien commun : convergences euro-atlantiques

Paul Bairoch, Mythes et paradoxes de l’histoire économique

Dans son ouvrage Mythes et paradoxes de l’histoire économique, Paul Bairoch nous dévoile le fait que l’histoire économique est remplie de mythes et de paradoxes (dans une moindre mesure). Il définit le terme de « mythe » comme « la fausse perception d’un phénomène de l’histoire économique ».

Le bien commun comme main invisible. Le legs de Machiavel à la gestion publique

Le bien commun, concept central de la pensée de Machiavel, apparaît comme jouant le rôle d’une main invisible qui réduit les coûts de transaction, et la clef de voûte d’une pensée sur la gestion des affaires publiques.