Pas de ville intelligente sans territoire intelligent !

Partager:
Print Friendly, PDF & Email

par Claude Rochet

Professeur honoraire des universités
Auteur de «  Les villes intelligentes, réalité ou  fiction ? »

A paraître dans la Revue politique et parlementaire (2020)


La théorie dominante sur les smart cities – que nous appellerons ici villes intelligentes pour se dégager du concept américain – la conçoit en apesanteur territoriale et réduit son territoire à un simple environnement physique et géographique. Le culte actuel de la métropole conçoit la ville en opposition à son territoire, condamné plus ou moins à l’abandon. Les travaux de Christophe Guilluy sont connus qui portent l’accusation d’abandon de la France périphérique et qui font écho à l’enquête menée au niveau mondial par la sociologue américaine Sakia Sassen sur la Global city. La ville mondiale est l’opposé de la ville centre d’une économie monde décrite par Fernand Braudel et, au début du XIX° siècle, par l‘économiste allemand Von Thünen, où la ville et son territoire forment un ensemble cohérent quasi symbiotique[1]. Les Global Cities au contraire se développent  selon les règles du jeu de la mondialisation financière et sont en concurrence pour attirer les services considérés comme performante dans la globalisation. Ces règles échappent, souligne Saskia Sassen, largement aux Etats, auxquels il ne reste comme stratégie que de faire plus comme tout le monde pour faire la même chose.

Le parangon de cette stratégie a été développé par le professeur américain Richard Florida : les villes doivent attirer les « classes créatives »pour attirer les entreprises et revitaliser le centre-ville des villes américaines. Celles-ci représentent 30 % de la population et 70 % du pouvoir d’achat et recouvrent les métiers de la haute technologie, du divertissement, du journalisme, de la finance ou de l’artisanat d’art. La ville de Milwaukee, cité industrielle en déclin, s’est lancée dans la refonte de son image pour attirer les classes créatives. Les résultats, mesurés à l’échelle de l’agglomération, sont inexistants alors que les investissements ciblés concentrés dans le centre se sont faits au détriment des financements destinés à l’ensemble de la population. L’approche de Richard Florida ne fonctionne pas, sauf pour les honoraires que lui versent des maires qui ont tout attendu de l’arrivée des « classes créatives ». Donc, pourquoi ?

Une étude approfondie sur un ensemble de villes en Europe et en Amérique du Nord a montré que lesdites « classes créatives » sont en fait fort peu mobiles et bien loin du mythe des smart people mondialisés qui se déplaceraient au gré de leurs envies[2]. L’étude montre que plus de la moitié des enquêtés vivent dans la ville où ils sont nés et ont fait leurs études. Pourquoi les talents choisissent-ils de s’installer dans une ville ? « La raison principale de leur arrivée est l’emploi (51,2 %) et d’une façon générale les hard factors (69,9 %). Les soft factors ne représentent que 10,3 %, à peine plus que dans la population d’ensemble » [ECK 12]. Les facteurs soft réellement efficaces qui ressortent de l’enquête sont liés au cadre naturel et à l’ambiance de la ville, qui sont peu susceptibles d’être affectés par des politiques publiques.

Le raisonnement de Richard Florida est sans doute juste sur le constat que le capital humain, le climat social d’une ville, sa culture, son histoire sont des facteurs de dynamisme économique. Mais il commet l’erreur classique de confondre corrélation et causalité. La culture d’une ville lui vient de son histoire et de sa tradition industrielle et non d’une décision politique. Une culture est le produit d’une émergence endogène produite par l’histoire. L’approche de Richard Florida est au contraire totalement exogène : il suffirait d’importer des « classes créatives ». Sa recette tient dans la règle des « trois T » : talents, technologie, tolérance. Le talent est somme toute très conservateur et ne se précipite pour habiter le quartier de Bellevue à Seattle – quartier regroupant une partie de la « classe créative » et qui contrairement à la théorie de Florida choisit de s’isoler du centre-ville – que s’il y est attiré par les hauts salaires de Microsoft et d’autres firmes du numérique qui lui permettront de payer les loyers mirobolants qui y sont pratiqués. L’histoire économique nous apprend que le talent est un processus endogène qui procède du développement et qui, ensuite, dans une relation circulaire et cumulative, attire de nouveaux talents.

La focalisation sur la technologie suppose que seules les firmes high techs sont la base d’une dynamique territoriale, alors qu’il y a un dynamisme ignoré des villes qui héritent d’un passé technologique obsolète (en France, le cas des villes de Saint-Amand-Montrond, de Loos-en-Gohelle, de Vitry-le-François, entre autres, qui succède à la reconversion spectaculaire de Cholet) et qui se montrent capables d’innover et de se reconvertir à partir de leur capital social, de leurs institutions informelles et de leur histoire.

Le troisième T de Richard Florida, la tolérance, s’inscrit dans la vénération contemporaine pour le relativisme. Florida a inventé un gay indexqui corrèle la performance aux taux d’homosexuels dans la ville et sa créativité. Les homosexuels joueraient le rôle d’un marqueur de créativité comme les canaris dans les mines de charbon marquaient la présence de grisou. S’y ajoute un indice bohémien pour corréler les comportements de marginal chic et la créativité. Pour Florida, une ville qui n’aurait pas de communauté gay ni de bars rock ouverts jusqu’à trois heures du matin n’a pas d’avenir industriel. Là encore, il confond corrélation et causalité. Que l’industrialisation ait produit une évolution des mœurs – désirable ou non désirable – est une évidence, mais en faire une causalité relève du sophisme.

Il s’agit en réalité d’une fausse diversité et d’une fausse créativité puisqu’elles reposent sur des standards sociaux qui sont, au-delà des apparences, très rigides et génèrent un processus de renforcement positif : les mêmes appellent les mêmes, tous issus des « classes créatives » les 30 % de la population qui sortent grosso modo des mêmes écoles et des mêmes types de cursus académique et qui vénèrent les mêmes standards culturels.

L’échec de ces théories est patent et s’est traduit par la création de ghettos de riches comme à Seattle et une explosion du prix des logements qui accroît l’effet de périphérie peuplée, selon l’expression de Pierre Noël Giraud, des « inutiles » condamnés à promener les chiens et à livrer les pizzas commandées par Internet.

Le projet de « grand Paris » et la création de la métropole éponyme est également basé sur le mythe de la « classe créative ». Jacques Godron[3], président du Club du Grand Paris, reprend cette idée avec quelques hauts fonctionnaires, selon une tradition française bien établie d’adopter avec dix ans de décalage des stratégies qui ont déjà échoué aux États-Unis. La « métropole du grand Paris » doit investir dans les regroupements de grandes écoles, les quartiers d’affaires, les clusters, la culture pour hipsters avec ses spas pour chiens et ses tatoueurs, les commerces de luxe, le transport aérien et le tourisme d’affaires. Et pas question d’affecter à cette métropole une compétence en matière de logement qui se chargerait d’une péréquation entre Ouest riche et Est pauvre. Non, dit Jacques Godron, cela ne servira pas à attirer « les milieux d’affaires internationaux, les CEO des quartiers généraux, les stars polyglottes de la culture, les pionniers de la R&D, les tycoons de la presse et de l’information, les hauts fonctionnaires internationaux et les fonds de pension »[4] qui n’ont que faire des inégalités, mais auront au contraire besoin de la prolifération d’inutiles pour emmener les toutous des créatifs à leur spa. Tout cela, nous dit l’auteur, suppose « un mode de management subtil et accepté ».

Le résultat est le développement d’un ensemble urbain en trois cercles concentriques : les « classes créatives » au centre, les immigrés low costautour et le peuple old school, des inutiles dans les territoires, ce qui ressemble furieusement à la France en crise des classes moyennes des Gilets jaunes. Nous mettrons au contraire ici l’accent sur les ressources que recèlent les territoires, ce qu’illustre bien le récent livre de Pierre Weltz[5].

                          I.     Le territoire, un actif immatériel

La recherche en économie des territoires menée depuis une vingtaine d’années[6] montre l’importance des actifs immatériels territoriaux, dont au cœur le capital social, qui contribuent à constituer un milieu innovateur source d’avantage concurrentiel. Ce point n’est aujourd’hui intégré ni dans les stratégies des entreprises ni dans les politiques publiques de réindustrialisation des territoires. La conception de la smart city ne peut se faire indépendamment des caractéristiques du territoire, en identifiant sa dynamique de « milieu innovateur », selon le concept développé par Philippe Aydalot, et ses dimensions anthropologiques : histoire, culture, démographie…

Dans sa thèse particulièrement brillante[7] Philippe Hurdebourcq, chercheur et directeur de chambre de commerce et d’industrie, a identifié et formalisé les trois dimensions d’un territoire intelligent, qui est avant tout un milieu innovateur. La première dimension de ce milieu est un réseau d’acteurs localisés sur un territoire – la proximité géographique – mais que les technologies de l’information permettent d’élargir à des réseaux organisationnels au-delà du territoire géographique. La seconde dimension agrège un ensemble de savoir-faire et de technologies qui est le capital cognitif du territoire. La dynamique territoriale, si elle fonctionne, va mobiliser ce capital pour réaliser la transition d’un cycle technologique obsolète vers l’intégration de nouvelles technologies. La troisième dimension est bien sûr la coopération au sein de ces réseaux qui donnent naissance à des systèmes productifs locaux (SPL)[8]. Ces logiques territoriales permettent de dégager des économies externes, des économies d’agglomération et, bien souvent, de s’ouvrir plus facilement aux marchés extérieurs, car elles offrent aux entreprises une taille critique suffisante pour envisager le partage de services de tertiaire industriel (R&D, marketing, communication…). Le propre du territoire intelligent est de générer un cycle de renforcement positif entre ces dimensions : la dynamique du SPL génère de l’innovation qui renforce l’attractivité du territoire qui renforce le SPL en intégrant de nouveaux acteurs.

Figure 3.5. Les trois dimensions du milieu innovateur, d’après Philippe Hurdebourcq

Un des apports étonnants de l’enquête minutieuse menée par Philippe Hurdebourcq est que les entrepreneurs, quand bien même ils ont la conscience empirique du caractère du territoire et de l’avantage enraciné qu’il apporte, restent attachés au discours convenu sur les avantages matériels comme facteurs d’attractivité qu’ils partagent en commun avec les acteurs publics, ce qui, en pratique, ne permet pas aux acteurs du territoire de capitaliser leurs avantages comme territoire intelligent. La figure 3.6 montre l’erreur d’une telle conception.

Figure 3.6. Cycle de vie du territoire intelligent et stratégie de gestion

Les dispositifs administratifs basés sur l’attraction par les avantages matériels augmentent dans un premier temps le capital territorial qui, par apprentissage, capitalise les savoir-faire, le capital immatériel, sur lequel le territoire pourra s’appuyer pour piloter la transition d’un cycle technologique à un autre, et ainsi d’éviter les crises d’adaptation. Mais ces dispositifs ne sont pas outillés pour faire cas de l’augmentation du capital social et des actifs immatériels du territoire. Cette notion n’est en fait presque pas prise en compte dans les stratégies de développement local qui ne jouent pas sur les quatre types d’avantages qu’a un territoire.

Deux formes de capital tangible :

  • le capital physique, ou capital naturel, est une ressource tangible qui n’est pas transférable et non copiable, comme une position géographique stratégique, la présence de ressources naturelles ou la beauté d’un site. Un site désavantagé devra se créer d’autres atouts pour être attirant, comme on le voit dans les anciens bassins miniers du Nord de la France qui recréent leur dynamique territoriale par d’autres logiques que celles de leurs anciennes industries dans un milieu naturel qui n’a rien d’attirant.
  • le capital matériel – infrastructures, bâtiments, machine, technologies dures… – est peu mobile, mais facilement transférable par reproduction. Il constitue une barrière à l’entrée uniquement par le volume des investissements nécessaires.

Deux formes de capital intangible :

  • le capital intellectuel est plus complexe. Il y a le capital intellectuel formel qui est celui des habitants et des institutions. Il a une certaine mobilité puisqu’il peut bouger avec les gens, voire en répliquant les institutions comme lorsqu’un grand établissement d’enseignement supérieur crée une antenne à l’étranger. Mais il a aussi une dimension enracinée, d’une part, parce que les hommes ne sont pas aussi mobiles que le veut l’idéologie dominante et, d’autre part, les compétences et savoir-faire se reproduisent de manière idiosyncrasique : plus on apprend plus on est conditionné par ce que l’on a déjà appris avant et la connaissance est enchâssée dans un contexte institutionnel de règles favorisant ou non l’innovation. On peut attirer de grands cerveaux sur un territoire par une stratégie de brain drain – la France est ici avantagée par la qualité de vie dans ses territoires – mais qui devront s’enraciner dans le territoire d’accueil. Le capital intellectuel n’est donc reproductible que sur une période de temps assez longue, au moins une génération pour que les nouveaux venus fassent souche, et à condition qu’ils entrent en symbiose avec le système de connaissance local.

Figure 3.7. Les quatre formes de capital dans la constitution d’un avantage territorial

  • le capital social représente la valeur collective de l’ensemble des réseaux sociaux et des incitations à faire des choses l’un pour l’autre. C’est la richesse des transactions entre individus et groupes sociaux comme terreau d’innovation et de la vie civique et sociale. C’est typiquement cette atmosphère, identifiée par Alfred Marshall à la fin du xixe siècle comme actif immatériel du territoire, qui favorise la prise de risques et valorise la réussite entrepreneuriale. Il imprègne les solidarités naturelles, les relations de travail, comporte un système de régulation des conflits, permet l’action professionnelle collective et est capable de faire évoluer les consensus sociaux et sociotechniques. C’est donc un écosystème quasi naturel qui puise ses racines dans l’histoire et qui permet la survie dans le temps et la gestion des changements techniques et de marché.

                        II.     Le territoire sécrète l’innovation (et non l’inverse)

L’espace n’est donc pas homogène. Il ne consiste pas en un support neutre des activités productives. Il n’est pas qu’une fonction support de la fonction de production. Le territoire est une entité vivante à même de protéger ses firmes et de leur apporter le surcroît de compétitivité. Et non, comme c’était principalement le cas auparavant dans l‘économie de la II° révolution industrielle, uniquement par ses ressources naturelles, ou plus globalement, ses ressources génériques. C’est le reproche que fait Gabriel Colletis à la politique du gouvernement français qui a toujours « procédé d’une vision de l’industrie considérée, non comme un système global (marqué par la densité des interrelations entre firmes, voire entre firmes et d’autres institutions comme les universités, les laboratoires de recherche), mais comme une simple somme d’entreprises. La politique industrielle française, contrairement à la politique industrielle allemande, n’aura jamais cherché à prendre en compte les interdépendances entre secteurs au sein de ce qui peut être considéré comme un système productif »[9]. La confiance, les réseaux, une atmosphère favorable à l’innovation sont autant de processus non standardisables et non copiables qui constituent un avantage concurrentiel durable pour un territoire.

Pour Philippe Aydalot[10] c’est le territoire qui offre à ses agents économiques la capacité de sécréter de l’innovation. Il peut, par l’établissement de relations collaboratives entre ses agents locaux, contribuer à la diminution de leurs coûts de transaction, à l’établissement d’un climat de confiance et à l’abaissement des risques et des coûts d’information, et, par les apports immatériels, cognitifs, éthiques ou organisationnels qu’il met à leur disposition, accroître leur compétitivité. Bref, leur apporter des gains irrécouvrables et donc justifier leur ancrage.

À l’inverse des théories de Richard Florida, c’est le territoire qui crée l’innovation et non l’importation du supposé capital social des « classes créatives » dans un territoire strictement enfermé dans un espace urbain. Pour Philippe Aydalot, « l’entreprise innovante ne préexiste pas aux milieux locaux, elle est secrétée par eux ». Le territoire est un capital immatériel qui se caractérise par une histoire et la capacité à générer un projet commun, la capacité à générer des consensus est corrélée à la dynamique de l’innovation, des actifs immatériels territoriaux comme l’accès à la connaissance technologique, la composition du marché du travail et un savoir-faire technologique qui sont les trois composantes d’un milieu innovateur qui, par ses caractéristiques, génère de l’innovation, de quelque type que ce soit. On y retrouve trois dimensions (figure 3.5) :

  • Des systèmes productifs locaux qui sont caractérisés par la proximité d’unités productives qui entretiennent entre elles des rapports d’intensité plus ou moins forte. Ces entreprises peuvent participer d’une même filière, d’un savoir-faire ou d’un produit et sont territorialisées dans une région ou un bassin d’emploi. La nouveauté aujourd’hui est que la proximité géographique peut être complétée (mais non remplacée) par des réseaux numériques. Ils permettent de mutualiser, de développer et d’innover en créant une dynamique de réseau ;
  • Ces SPL produisent de l’innovation au sens de Schumpeter, soit des combinaisons nouvelles entre produits, services et technologies. Intégrer les nouvelles technologies dans les anciennes technologies à rendement décroissant permet de revitaliser des bassins industriels anciens. La sidérurgie française était une mono-industrie fortement territorialisée sur les sites miniers. En passant d’une logique de tonnes produites qui était sa métrique de performance, à une métrique de service mesurable en méga-octets contenus dans l’acier produit, elle a introduit une dimension immatérielle dans sa valeur ajoutée et stimulé la diversification des activités autour des sites de production ;
  • L’attractivité territoriale n’est pas faite uniquement de bas salaires ou de dumping fiscal. L’attractivité d’une zone industrielle n’est pas son prix au mètre carré, mais les synergies qu’elle offre par ses réseaux. Spécialisée dans les logiciels de découpe pour l’industrie textile, l’entreprise Lectra System n’a pas cédé aux sirènes de la délocalisation pour chercher de bas salaires face à la crise du textile. Elle est au contraire restée implantée dans sa petite ville de Gironde près de Bordeaux pour miser sur le dynamisme des réseaux qui produit plus de valeur qu’une économie réalisée sur des salaires d’employés réduits à n’être que des automates.

                      III.     La dynamique territoriale en action

La région du Choletais, autour de la ville de Cholet, spécialisée dans le vêtement et la chaussure grand public – des industries en déclin –, a réussi sa reconversion dans la nouvelle économie, là où les plans gouvernementaux de regroupement des entreprises pour en faire des « entreprises de taille mondiale » ont échoué, par la qualité de son capital social fait de relations de solidarité entre acteurs économiques (la pratique de principe du non-licenciement) et politiques ancrées dans la tradition du christianisme social qui stimule des synergies entre entreprises, villes, ateliers ruraux et appareil de formation. Les deux secteurs d’activité du Choletais, l’habillement et la chaussure, sont entrés dans leur zone de rendement décroissant dans les années 1960. L’habillement a réagi par la concentration, avec l’intervention de l’État, obnubilé par l’idée de faire des « entreprises de taille mondiale », tandis que la chaussure a mobilisé ses réseaux de sous-traitants pour se réinventer face à la concurrence asiatique qui mettait sur le marché des chaussures au prix où ils achetaient le cuir. La qualité de ses interactions au sein du territoire a permis de mobiliser ses atouts technologiques et d’attaquer des marchés haut de gamme. À partir de 2004, c’est l’ensemble des activités du Choletais qui se regroupent dans un pôle de compétitivité organisé selon le principe des grappes d’entreprises autour d’un thème commun : l’enfant. C’est le seul pôle en France créé sur une thématique de marché et non sur une filière industrielle.

L’industrie horlogère suisse face au choc de l’apparition de la montre digitale – qui signifiait une possible mort de l’industrie horlogère – a su mobiliser ses savoir-faire – la micromécanique de haute précision – et les redéployer vers des secteurs voisins comme la fabrication de prothèses de hanche. Cela a contribué à redynamiser un tissu industriel local grâce à l’interdépendance entre filières de fabrication et à une culture commune de coopération. De l’autre côté de la frontière jurassienne, les entreprises françaises ne jouissaient pas du même climat et ont souffert de l’absence de solidarité entre fournisseurs et clients industriels et des politiques publiques privilégiant la recherche de la taille aux dépens de la valorisation de la capacité d’innovation des personnels, ces industries ne jouissant pas du même climat social.

La dynamique territoriale, résume Bernard Pecqueur[11] crée une prospérité fondée sur des éléments endogènes (leur spécificité) et sur des éléments exogènes (leur capacité d’intégration dans l’économie mondiale). D’une manière générale, « l’adoption de modèles d’organisation fondés sur la décentralisation horizontale des services aux dépens de modèles hiérarchiques verticaux a pour effet d’assurer une meilleure réactivité face aux changements de l’environnement économique et technologique », souligne François Caron, auteur de référence en histoire de l’innovation[12].

Dans les exemples donnés, ces écosystèmes se sont formés de manière naturelle en fonction de facteurs historiques et culturels. Mais peut-on favoriser cette dynamique, combiner décision publique – donc descendante – et dynamique organique, donc ascendante ? Les pays qui viennent de tradition autoritaire et centralisatrice comme la Russie et la Chine s’intéressent à ces approches. Cela ne semble pas être le cas de la France totalement engagée dans la voie centralisatrice de la métropolisation.

                     IV.     La métropole est-elle un territoire intelligent ?

Au début des années 1990, l’urbanisation née avec la II° révolution industrielle se déploie, dans un contexte de globalisation, d’internationalisation et de mondialisation[13] sous la forme d’un processus de métropolisation, décrite par la sociologue Saskia Sassen comme ville globale :  plus l’économie s’internationalise et plus les fonctions de contrôle des grandes firmes s’agglomèrent dans un petit nombre de sites. Il n’y avait, au départ, identifiées par Saskia Sassen en 1991, que trois villes globales capables de commander l’économie mondiale : Tokyo, New York et Londres.

Ces métropoles croissent sous l’effet du principe de rendement croissant des grandes agglomérations qui offrent un plus grand marché de l’emploi et par leur capacité à offrir les infrastructures multimodales nécessitées par la mondialisation : aéroports internationaux, quartiers d’affaires, bandes passantes toujours plus élevées dans les réseaux numériques, ce qui favorise justement les métropoles, où de tels équipements sont rapidement amortissables et, donc, rentables. En outre, les métropoles offrent des avantages du type « économies d’agglomération » résultant de la concentration de certaines fonctions : conception-recherche, prestations intellectuelles, commerce interentreprises, gestion ou culture-loisirs. Mais du fait de leur forte densité de population et d’activités, les grandes agglomérations souffrent également de ce que l’on appelle des déséconomies d’échelle: coût du foncier, pertes de temps dans les transports, pollution, criminalité, stress. La combinaison de ces facteurs favorables et défavorables à la métropolisation s’exerce en faveur de certaines métropoles et en défaveur d’autres, à l’instar de Paris qui a perdu nombre de centres de décision ces dernières années.

Un constate en France, en Europe comme dans le monde, que nombre d’entreprises à clientèle internationale, loin de rechercher à tout prix une implantation dans une métropole, demeurent ou choisissent de s’implanter dans une ville moyenne, parfois même dans une petite ville. Tout territoire peut être valorisé, car il n’est pas qu’un espace géographique, mais un espace vivant détenteur de potentialités[14]. Se fait les créations d’entreprises en France se font dans les territoires, dans les villes moyennes et non dans les métropoles[15].

Quant à l’innovation, s’il est vrai que des effets de synergie liés à la proximité entre universités, entreprises et centres de recherche peuvent être intéressants, ils ne sont nullement exclusifs. L’innovation tient davantage à l’esprit d’entrepreneuriat qu’à une localisation dans une grande ville, comme vu dans l’expérience du Choletais et de l’industrie horlogère suisse, ce qui explique les multiples innovations surgissant hors des métropoles.

Le Parlement français semble reproduire, note G.F. Dumont, la démarche administrative descendante à la soviétique en pensant qu’il suffit de décerner le titre de « métropole », créé comme des établissements publics administratifs, à des territoires et de redistribuer quelques compétences entre les collectivités territoriales, tout en opérant une recentralisation, pour les rendre dynamiques, ce qui est illusoire.

Le résultat de la métropolisation est l’accélération de la gentrification urbaine : envolée des prix de l’immobilier au centre devenu le terrain de jeu des « classes créatives », une ceinture d’immigrés low cost et « d’inutiles » pour tous les petits boulots dont les gentrificateurs ont besoin, et l’expulsion des vieilles classes populaires à la périphérie qui va dépérir. La métropolisation à partir de l’idée de la Global City apporte partout la croissance des inégalités, de la pauvreté, de la détresse des inutiles et de la mort des territoires. Tout cela sous l’aspect cool des « classes créatives » : les Rougon Macquart sont désormais déguisés en hipsters[16].

                       V.     Une ville intelligente n’est pas une collection de smarties mais un système vivant

L’intelligence ne vient pas de l’addition de systèmes de communication qui ne nous mène qu’à « réunir le séparé en tant que séparé » (Guy Debord) ou à « vivre ensemble sans autrui » (J.P. Lebrun), mais des interactions productrices de lien social et d’apprentissage. L’approche par l’analyse systémique telle que développée par le professeur britannique Michael Batty va mettre l’accent sur les relations entre les éléments de la ville. Ces éléments vont constituer des réseaux connectés par des flux d’activités. Ce qui est smart, ce n’est donc pas l’élément en soi, mais la connexion et les réseaux : pour comprendre une ville, il faut comprendre les flux, et pour comprendre les flux il faut comprendre les réseaux, l’objectif étant de pouvoir prédire l’évolution de ces flux et de ces réseaux. C’est précisément l’objet des nouvelles sciences de la ville que de ne pas en rester à la surface des choses, mais de comprendre comment la ville fonctionne, comment elle est autre chose qu’une collection d’éléments physiques et comment elle se comporte comme un organisme vivant.

Historiquement, l’interaction entre une ville et son environnement a été modélisée par Johan Heinrich Von Thünen au xviiisiècle : à la ville centre sont les plus fortes synergies entre les activités à rendement croissant – les activités industrielles – puis en six zones concentriques s’organisent les activités à rendement de plus en plus décroissant – les activités primaires et les services – et le coût du transport augmente définissant une frontière de ce que Fernand Braudel appellera une « économie-monde ». Avec la seconde révolution industrielle de la fin du xixesiècle, la croissance de la ville devient guidée principalement par la recherche de rendements d’échelles, aux dépens des solidarités sociales et de la vie civique, comme l’a analysé Émile Durkheim (1893).

Les mathématiques de la ville de Geoffrey West et Luis Bettancourt au Santa Fé Institute aux Etats-Unis,  viennent apporter un support scientifique aux intuitions empiriques de Jane Jacobs qui insistait sur la nécessaire dimension « village » à conserver dans une ville pour y permettre des interactions créatrices entre les habitants et leurs activités et faire fructifier le capital social. Pour Jacobs[17], la richesse n’est pas produite par l’accumulation d’actifs urbains mais par la capacité des habitants à s’engager dans la production de ces actifs et celle du système urbain à s’adapter aux changements des circonstances. L’erreur de la politique urbaine, souligne-t-elle, a été de rationaliser la ville et de la spécialiser sur quelques fonctions en important les autres, alors que la richesse est créée par l’interaction entre l’ensemble des activités urbaines, considérées en elles-mêmes comme non rentables, et de prôner la substitution aux importations extérieur/ville par des activités urbaines diversifiées.

Ce qui souligne que le point critique à définir est la frontière entre la ville et ses périphéries. Par définition un système est différencié de son environnement par une frontière qui définit ce qui est « dedans » et pilotable et ce qui est « dehors » et est constitué de paramètres exogènes dont le nombre et la variabilité définissent la turbulence de l’environnement. Cette frontière caractérise l’écosystème urbain en ce qu’il est cohérent et stable, créant des richesses par des activités internes et n’important que ce qu’il est pertinent d’importer. L’extension de la ville s’inscrit dans un espace géographique. Avant la seconde révolution industrielle et le développement des télécommunications, la distance structurait la ville et sa périphérie et sa mesure était la vitesse de propagation de l’information – un homme à cheval, en bateau puis en chemin de fer. La IIe révolution industrielle permet une première « mort de la distance » qui n’est plus l’élément structurant de ces écosystèmes territoriaux et la fin des « zones à la Thünen ». La conséquence en a été la croissance urbaine en « taches d’huile » avec celle de la consommation d’énergie et le développement d’une urbanisation dysfonctionnelle, dénoncée par Jane Jacobs, entre les fonctions d’habitation, de travail, d’administration.

La « mort de la distance » fait que les zones à la Thünen peuvent s’étendre au monde entier[18]. La ville proprement dite va se concentrer sur les activités à haute valeur ajoutée et propres, tandis que les activités polluantes et à conditions de travail dégradées seront rejetées dans de lointaines périphéries délocalisées. Ainsi, même si une ville peut paraître « verte » dans son périmètre administratif, l’évaluation de son écosystème doit intégrer les externalités des activités délocalisées. Par exemple, le bilan carbone d’une « ville verte » doit intégrer le CO2 importé : la ville peut être verte, mais l’écosystème gris foncé.

L’idée d’une « ingénierie écologique » permettant de parvenir à élaborer des « stratégies industrielles viables » en s’inspirant des écosystèmes naturels est formulée en 1989[19] et vient de franchir un pas décisif avec les travaux d’Isabelle Delannoy sur l’économie symbiotique[20]. Territoire et ville intelligent forment un système de systèmes, les uns consommant les ressources des rejets de l’autres. La consommation des ressources ne diminue pas la ressource totale mais au contraire l’augmente, selon le principe de la symbiose identifié par Lynn Margulis. Sa conception requiert des compétences spécifiques de modélisation et d’architecture qui relient les disciplines et compétences réparties dans des entreprises différentes dans une architecture commune.

Une caractéristique essentielle de l’écosystème urbain durable, comme des écosystèmes naturels [21]doit être la résilience, soit la capacité à s’adapter, par apprentissage, à des fluctuations rapides de l’environnement, notamment les crises et les catastrophes, et à générer de nouvelles règles qui lui permettent de faire face à un accroissement de la turbulence externe. L’école des organisations à haute fiabilité (High-Reliability Organizations), sous l’impulsion de Karlene Roberts [22]permet de définir les traits organisationnels en termes de design des processus, circulation et traitement de l’information, compréhension et maîtrise des facteurs humains et système de pilotage pour permettre la durabilité de l’organisation dans un environnement turbulent intégrant les catastrophes prédictibles mais non prévisibles (submersion marine, activité sismique, terrorisme…).

Nous disposons aujourd’hui d’un riche corpus de recherche opérationnelle sur les organisations face à l’incertitude avec les travaux de Christian Morel sur les décisions absurdes[23]. Il y a décision absurde quand il y a une disproportion radicale entre la rationalité de référence d’un individu ou d’un groupe et l’objectif qu’il souhaite atteindre. Un exemple classique est l’application d’une procédure conçue pour une situation d’une complexité X à une situation d’une complexité Y plus complexe. Ces erreurs sont des erreurs purement humaines qui reposent sur des procédures et des systèmes conçus par l’homme et qui mènent à des erreurs radicales et persistantes. Le risque d’erreur augmente dramatiquement dans les situations d’urgence et de crise où les capacités de réflexion ne peuvent pas être sollicitées.

Une des raisons du refus des habitants de la ville de Christchurch en Nouvelle-Zélande de laisser reconstruire leur ville par une agence centrale après sa destruction par une série de tremblements de terre en 2011, a été précisément qu’une telle agence ne pouvait intégrer tous les paramètres de la complexité créée par un tremblement de terre, et qu’une telle approche stérilisait la capacité d’initiative des habitants. Dès lors que l’on sait que les tremblements de terre vont revenir, si l’on veut que la ville soit résiliente, il faut donner aux habitants la capacité d’établir et de gérer des scénarios qui préparent à réagir à l’imprévu et augmentent la compétence de la population. La ville s’est dotée d’un Chief Resilience Officer et consacre depuis 2016 10 % de son budget au renforcement de la résilience. L’idée de base est que les phénomènes sociaux (être sans-abri, la pauvreté, les inondations et les catastrophes naturelles) ne sont pas des événements isolés, mais des phénomènes globaux interreliés qui constituent une agression contre le système social qui doit être capable d’y répondre dans son entièreté.

Ces considérations permettent de définir la feuille de route pour développer les compétences des acteurs de la ville intelligente. La compétence critique est donc celle d’architecte et d’ingénierie des systèmes complexes et l’attribution de cette compétence à un acteur central qui pilotera les interactions entre les compétences d’architecte des propriétaires de sous-systèmes. Le rôle de cet acteur n’est pas de tout faire, mais d’animer un processus de conception des métarègles du fonctionnement de la ville, une intelligence collective partagée par chaque acteur. Il faut définir les rôles et prérogatives des acteurs locaux qu’on peut penser être détenteurs d’une forme de pensée collective et d’une énergie créatrice difficile, voire impossible à modéliser, mais qui doit être prise en compte par les systèmes de rang supérieur. La ville durable comprend donc une définition de l’architecture des compétences et des rôles. Cette compétence va devoir principalement se développer chez l’aménageur public, mais aussi dans les modèles d’affaires de chaque firme afin d’intégrer des métriques d’optimisation de l’ensemble de la ville et non pas seulement de la firme.

Notes:

[1] Au sens où les écosystèmes du territoire ont interdépendants et les consommations de l’un est une ressource pour l’autre, tel que Le décrit Isabelle Delannoy dans son livre « l’économie symbiotique ».

[2] Boschma R., Fritsch M., “Creative class and regional growth – empirical evidence from eight European countries”, Jena Economic Research Papers, 2007-066, 2007

[3] Godron J., “Grand Paris: Réussir la métropole”, Revue des Anciens Elèves de l’ENA, Novembre 2017

[4] Godron J., La Tribune, 31 March 2015

[5] “La France des territoires, Défis et promesses”, Pierre Veltz, L’Aube, 2019, 176 p.

[6] Notamment au GREMI (Groupe de recherche sur les milieux innovateurs) créé par Philippe Aydalot à l’université de Neuchâtel.

[7] Hurdebourcq P., L’innovation institutionnelle territoriale au service du développement économique: tentative de modélisation, PhD thesis, Aix Marseille University, November 2013.

[8] Pour la DATAR, un système productif local se définit comme « une organisation productive particulière localisée sur un territoire correspondant généralement à un bassin d’emploi. Cette organisation fonctionne comme un réseau d’interdépendances constituées d’unités productives ayant des activités similaires ou complémentaires qui se divisent le travail (entreprises de production ou de services, centres de recherche, organismes de formation, centres de transfert et de veille technologique, etc.) ».

[9] Colletis G., “Réindustrialiser la France par ses territoires”, Produire en France, CNER, 2012

[10] Aydalot P., Économie Régionale et Urbain, Economica, Paris, 1985

[11] Pecqueur B., “L’économie territoriale : une autre analyse de la globalisation”, L’Économie politique, vol. 33, no. 1, pp. 41–52, 2007

[12] Caron F., La dynamique de l’innovation, Albin Michel, Paris, 2012

[13] Dumont G.F., “Les territoires dans la “mondialisation : sur un trépied”, Population & Avenir, no. 721, January–February 2015.

[14] Michun S. (ed.), “Actes du colloque Territoires, enjeux économiques et sociaux : quel engagement partagé des acteurs ? 6e Université d’été “Emploi, compétences, territoires””, Relief, no. 41, March 2013.

[15] Note de conjoncture de Trendeo pour 2017, www.trendeo.net/conjoncture-septembre-2017-reprise-se-poursuit-lindustrie/.

[16] Guilluy C., Le crépuscule de la France d’en haut, Flammarion, Paris, 2016.

[17] Jacobs J., Cities and the Wealth of Nations, Random House, New York, 1985.

[18] La ville de Séné (Morbihan) a choisi d’importer du granit chinois pour refaire son artère principale de préférence au granit breton.

[19] Frosch R., Gallopoulos N., “Des stratégies industrielles viables”, Pour la science, vol. 145, pp. 106–115, 1989

[20] Delannoy I., L’économie symbiotique, Actes Sud, Arles, 2017

[21] Holling C.S., “Resilience and stability of ecological systems”, Annual Review of Ecology and Systematics, vol. 4, pp. 1–23, 1973.

[22] Roberts K.H., “Some characteristics of one type of high-reliability organization”, Organization Science, vol. 1, no. 2, pp. 160–176, 1990.

[23] Morel C., Les décisions absurdes. II, Gallimard, Paris, 2012

Facebook Commentaires