Notre-Dame n’est pas un terrain de jeu pour l’art contemporain

Partager:
Print Friendly, PDF & Email

Vous la voyez venir la flèche en verre de Pinault-le-Duc?

François-Henri Pinault, la flèche de Viollet-le-Duc et Bernard Arnault. ©ROMUALD MEIGNEUX/SIPA – HOUPLINE RENARD/SIPA – Christophe Ena/AP/SIPA (AP22296343_000003 – 00894638_000044 – 00903157_000001)

Notre-Dame ne doit pas être abandonnée aux lubies des artistes d’aujourd’hui. Le projet de sa reconstruction doit être français et populaire, elle doit redevenir celle qu’elle était. 


L’érection de monuments par souscription publique est une tradition ancienne qui en fait un acte civique. Mais je ne donnerai certainement pas à n’importe quel organisme.

Notre-Dame de la diversité ?

Je ne tiens pas à découvrir, quand il sera trop tard, que ledit organisme est dirigé par un copain d’un copain ou la femme d’un copain de quelque politicien qui se sera vu octroyer un salaire de 15 000 euros mensuels pour compter les biftons. Je ne tiens pas à voir ce qui reste de Notre-Dame défigurée par les lubies de l’art contemporain apportées par M. François Pinault. On annonce déjà un concours d’architectes pour reconstruire une nouvelle flèche « adaptée aux techniques et enjeux de notre époque ». Je ne veux pas voir la flèche de Viollet-le-Duc remplacée par un phallus stylisé que Christo pourra emballer à l’occasion de quelque gaypride. Je ne veux pas voir Notre-Dame remplie de statues de la Vierge en boites de conserve concassées. Je ne donnerai pas d’argent à un organisme rempli des créatures à la Jack Lang.

A lire aussi: Notre-Dame ne sera plus jamais Notre-Dame

On annonce une reconstruction en cinq ans : pour refaire le toit en poutrelles d’acier et en verre, comme le Reichstag ? On ne va pas tarder à voir apparaître les propositions les plus farfelues : pourquoi pas un sous-sol avec galerie marchande et un parking ? Pourquoi pas, au nom de la diversité, une mosquée intégrée à l’édifice ou un espace LGBTQI++ ?

Tu étais Notre-Dame et tu redeviendras Notre-Dame

Annoncer la reconstruction en cinq ans annonce le crime : Dieu merci, grâce à Colbert qui a planté la forêt de Tronçais, nous avons les chênes pour reconstruire la toiture à l’identique. Mais il faut les faire vieillir au moins deux ans. Il faudra former de nouveaux artisans, de nouveaux compagnons maîtrisant les métiers traditionnels des monuments historiques.

A lire aussi: Notre-Dame, pourquoi m’as-tu abandonné?

Notre-Dame devra être reconstruite à l’identique. Ce sera une grande aventure humaine, spirituelle et technologique. Et politique : ne laissons pas l’argent entre les mains de pseudo-artistes, d’affairistes et de politiciens à l’ego démesuré, faisons de la reconstruction un projet populaire. Créons des fondations indépendantes du pouvoir et des puissants, gérées de manière transparente sur le plan financier et pouvant assurer le suivi des choix artistiques et protéger le projet de renaissance de Notre-Dame de l’avidité des oligarques et de la mégalomanie de politiciens éphémères.

Voilà un beau projet civique et national. Alors là, oui je donnerai, et beaucoup.

Facebook Commentaires