Macron et la réforme de l’ENA : Tout changer pour que rien ne change, mais en pire.

Partager cet article:
Print Friendly, PDF & Email

Paru dans

Que l’ENA soit l’objet d’une détestation générale répond à sa fonction bien naturelle de bouc émissaire, que le gouvernement utilise pour redorer son image. Annoncer des mesures populaires comme la suppression de l‘affectation directement dans les grands corps de l’Etat à la sortie de l’Ecole peut lui attirer une sympathie facile. En bonne logique, accéder à ces grands corps requiert quelques années d’expérience de terrain avant d’être institué maître et gardien de la Vérité.

Le regretté Bernard Zimmern, ENA, X et entrepreneur, avait créé une promotion virtuelle de membres de l’Inspection générale des finances et d’autres grands corps, la Promotion Titanic, en recensant les pertes qu’ils avaient occasionnées aux entreprises qu’ils ont administrées et les irrégularités de gestion qui ont coûté quelques paquets de millions aux finances publiques. Ces gens sans contact avec la réalité ont agi par idéologie, appliqué des dogmes et non agi par la sagacité du stratège à laquelle rien ne les prépare ni ne les entraîne. Les grands corps ont inventé le « capitalisme des fonctionnaires titulaires », qui ne risquent rien financièrement et ont la garantie de l’emploi, décoration assurée en sus.

Mais la détestation dont l’ENA fait l’objet va plus loin : c’est l’arrogance et la prétention à l’omniscience – que la crise du COVID a mis en relief – dont fait preuve la haute administration, notamment celle de Bercy qui a depuis des décennies réduit le nombre de lits à l’hôpital par soumission aux dogmes européens (ce qui est la vraie cause des mesures de confinement). « En même temps » le système de santé est passé sous la coupe de l’administration avec les ARS, qui, elles, ne sont pas à la diète avec 8600 agents, dont le rôle a été de régenter les hôpitaux durant la crise, bridant toute les initiatives qu’ils prenaient, basées sur un système D des personnels de terrain qui ont porté le nombre de lits de réanimation à 14 000 contre les 5000 en temps normal, comme l’a révélé l’enquête de Jérôme Fourquet.

Plus que du corporatisme et des statuts surprotégés, l’ENA produit un autre fléau, plus grave : le scientisme, cette prétention à une rationalité parfaite, détachée des contingences du réel qui doivent se soumettre à ses dogmes. Et le mal n’est pas que français, c’est celui de l’Occident ! En 1993, le Canadien John Saul publiait un essai retentissant « Les bâtards de Voltaire, la dictature de la raison en Occident », rappelant que ce culte des « gens brillants » a mené à de grandes catastrophes. Depuis quatre siècles, nos “élites rationnelles” ont institué des réformes dans tous les secteurs de la vie sociale, qui ont été responsables de la plupart des difficultés et des violences qu’a connues cette période. Souvenons-nous que Gamelin sortit major de Saint-Cyr et 2° de l’Ecole de guerre, qui, associé au Président Lebrun sorti major de Polytechnique, ont mené la France à l’une de plus épouvantables défaites de son histoire.

La réforme doit commencer par la formation du caractère. Machiavel a mis en avant que pour gouverner il faut être lion et renard. Le lion est majestueux, fort, honnête, mais il a aussi besoin de ruser. Le problème aujourd’hui est que l’ENA fondée en 1945 pour détecter et promouvoir des lions ne forme plus que des renards, moulés dans un même ersatz de pensée centré sur le plan de carrière. Reconstruire l’ENA c’est revenir aux sources : détecter les lions et y soumettre les renards. Et il y a une école pour la formation de renards, c’est Sc Po, qui transmet les codes culturels qui autorisent l’accès à une élite et ce n’est pas la « discrimination positive » qui y changera quelque chose. Sc Po est notre université Evergreen d’où se propagent les dogmes absurdes et tyranniques du « progressisme ».

Dans la Florence de la Renaissance, au temps où y dominait le républicanisme civique, il était demandé aux futurs hauts fonctionnaires d’aller étudier au Studio Fiorentino (qui était, en quelque sorte, l’ENA de Florence) l’art de l’éloquence, qui était considéré comme la base de la vie civique en charge d’insuffler l’amour de la liberté et du Bien commun. Qu’eut été de Gaulle si on avait réduit son œuvre – considérable –  à sa politique pour faire renaître la France et l’amener où elle doit être : aux premiers rangs ? De Gaulle n’était rien sans son charisme, sa maîtrise parfaite de la langue et de la culture françaises. Que nous reste-t-il aujourd’hui ? Le charisme tout droit sorti du Chasseur français de M. Castex et le langage automatique d’encéphalogramme plat de Gabriel Attal.

Quand on voit le degré de décrépitude de notre pauvre pays, on peut se poser la question avec les Gilets jaunes et les zélateurs de la démocratie directe « faut-il une élite ?” Ne serait-il finalement pas plus raisonnable de laisser les infirmières gérer les hôpitaux que de subir les ravages des ARS ? ». Les théoriciens de la démocratie directe comme Etienne Chouard voient dans toute technique juridique et budgétaire une arme pour confisquer le pouvoir au profit des experts. Cela est probable sans contrôle populaire sur l’administration. Machiavel, ce grand avocat de la démocratie du grand nombre face à la tyrannie du petit nombre, insistait sur le besoin d’un petit nombre techniquement formé, mais sous contrôle direct du grand nombre[1]. La démocratie directe peut ici avoir son rôle pour évaluer la conduite de l’administration.

La réforme des élites ne viendra pas d’un bricolage administratif de plus destiné à tout changer pour que rien ne change. Elle viendra d’une refonte du cadre culturel des élites. Marc Bloch, tirant les leçons de l’effondrement de 1940 dans l’Etrange défaite, a analysé la défaite de 1940 comme avant tout celle du caractère. Sans caractère, pas de bonne politique possible, quand bien même l’armée française était supérieure sur de nombreux points à l’armée allemande. La réforme commence par l’ouverture du recrutement à des hommes du peuple, de ceux qui ont su démontrer par des actions et leur comportement leur sens du Bien commun et leur amour de la liberté civique. Reprenons les leçons du républicanisme civique de la renaissance pour qui une bonne décision se caractérisait par sa contestabilité effective par le citoyen, naissait de la confrontation d’options émergeant du débat et non de consensus mous inopérants.

Et au-delà, la réforme doit viser le système éducatif, majoritairement devenu une « fabrique du crétin » sauf quelques établissements d’exception où infusent les futures élites, mais qui cultivent de conformisme et l’autosatisfaction. On peut reprendre les propositions de Pierre-Henri d’Argensson[2] d’établir un service militaire pour les élèves de l’ENA, un enseignement de l’intelligence économique pour leur apprendre à défendre l’intérêt national, de même une formation au pilotage des systèmes complexes, qu’ils confondent avec le compliqué engendrant des catastrophes ruineuses dans la conduite de l’informatique de l’Etat.

Elle devra commencer par mettre l’ENA à la diète pendant quelques années, pour une raison simple : On a largement assez de hauts fonctionnaires et les recrutements actuels ont surtout pour objectif de gérer leur démographie, non de répondre à des besoins de services publics. Au moment où la fonction publique de terrain est appelée à se serrer la ceinture, les besoins en cadres peuvent être satisfaits par la promotion interne des attachés principaux d’administration qui sont ceux qui font tourner la machine et qui manquent tragiquement de perspectives et de reconnaissance.

Il s’agira de faire une ENA qui donnent aux lions de notre administration, la phronesis – la sagesse pratique des Grecs qui est celle du chef qui sait analyser et décider en situation – ainsi que la métis ­– l’art de démêler les situations embrouillées, qui sont le lieu commun des politiques publiques. Une formation de fond de la personne, humaine d’abord, technique et pratique ensuite. Une très vaste culture acquise par la multiplication des expériences de terrain. L’enseignement militaire supérieur y réussit très bien, qui forme d’abord des chefs et des experts ensuite. Le chef débat, consulte, pèse les alternatives et décide seul.

On peut prévoir, sans trop s’enhardir, que le gouvernement va accoucher d’un salmigondis « progressiste », accumulation de gadgets de la novlangue. On parle d’introduire la « pauvreté » dans le programme de l’école. On peut s’attendre à une commission confiée à Esther Duflo qui produira un beau rapport qui connaîtra le même sort que celui sur « la mesure de la croissance » qui fut confié à Joseph Stiglitz par Nicolas Sarkozy. C’est dommage, car la conception de dispositifs durables de sortie de la pauvreté est à l’exact opposé de la culture administrative, qui conçoit tout d’en haut, sans considérer les innovations du terrain. Les grands machins venus d’en haut et imposés par les organisations internationales dans le monde en développement sont d’une inefficacité redoutable et ne font que pérenniser la pauvreté et propager la corruption, alors que les dispositifs partant des initiatives de terrain, tels qui furent lancés au Bangladesh par Muhamad Yunus il y a une trentaine d’années, fonctionnent, car ce sont les pauvres eux-mêmes qui gère ces dispositifs en faisant progresser d’un même pas éducation et sortie par petit pas de la pauvreté.

Oui, il faut des élites vertueuses, c’est un travail de longue haleine pour favoriser l’émergence des lions et tenir à bride serrée les renards.

Claude Rochet

ENA 87, Professeur des Universités

[1] Une disposition de ce type existe à l’article 14 de la Déclaration des droits qui est en préambule de notre constitution, mais qui n’a jamais connu de mise en œuvre concrète.

[2] Pierre-Henri d’Argensson « Pour une vraie réforme de l’ENA… mais pas celle de Macron » FigaroVox 26/4/2019

Partager cet article:

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.