Un endroit de rêve pour vos vacances

Un endroit de rêve pour vos vacances
Analyse économique 46 visites

Séminaire franco-russe d’économie, Sochy, Janvier 2015

Séminaire Franco-Russe, 48è session

24 janvier 2015

Drapeaux

Le séminaire Franco-Russe sur les problèmes monétaires et financiers du développement de la Russie a tenu à Sotchi, du 19 au 22 janvier 2015, sa 48ème session. Rappelons qu’il s’agit de l’institution de coopération scientifique entre la Russie et la France qui fonctionne de manière continue depuis le plus longtemps en économie. Ce séminaire avait tenu sa première session (il s’agissait alors d’un séminaire Franco-Soviétique…) en juin 1991. La 48ème session a été prioritairement consacrée à l’évaluation parallèle de la situation économique en Russie et dans l’Union Européenne), ainsi qu’a une évaluation de l’impact des sanctions et des contre-sanctions sur les économies de la Russie et de l’Union Européenne. Un autre thème a été l’analyse des logiques territoriales du développement économique, et en particulier de ce que pourrait apporter à la Russie, et en particulier à la région de Sotchi, la dynamique des « smart cities ».

I.  Problèmes théoriques de la situation actuelle en Russie et dans l’Union européenne.

Deux interventions ont structuré cette partie de la discussion, celle du professeur Ivanter et celle de Jacques Sapir. Le professeur Viktor V. Ivanter a remarqué que le ralentissement de la croissance, qui avait commencé en 2012. Cette situation était caractérisée par le ralentissement très marqué de l’investissement, à la fois du fait de l’accomplissement des grands projets d’investissement menés par l’Etat (Jeux Olympiques, construction d’infrastructures, etc…) et en raison d’une politique tant financière que du crédit, qui était erronée. Mais, dans le même temps, on assistait à une hausse importante de l’investissement privé (+8%) et des Investissements Directs Etrangers. Ceci montre que le climat de l’investissement n’était pas mauvais en réalité à cette époque. Ceci se traduisait par une hausse de la productivité du travail très importante en Russie.

Graphique 1

 A - ProdT

Source : OCDE et RosStat

Cependant, les effets de la politique financière ont été dominants et ce sont ces effets qui ont largement contribué à déstabiliser l’économie russe dès la fin de 2013. L’Institut de Prévision de l’Economie Nationale avait présenté au Président de la République ses conclusions en janvier 2014, mais que ces conclusions ne se sont pas traduites dans les faits. Les décisions du Président de la République se sont heurtées à l’inertie bureaucratique et à l’opposition d’une partie de l’administration. La Banque Centrale de Russie (BCR) et le Ministère des Finances (MinFin) ont fait traîner le processus de sélection des projets.

Les sanctions prises par l’Union Européenne n’ont pas eu beaucoup d’effets, à l’exception des sanctions financières. Le commerce avec l’UE est en réalité asymétrique. La Russie vend des matières premières et des produits de première transformation et achète des produits manufacturés. Quant à l’effet l’effet des « anti-sanctions » que la Russie a prise, ces mesures ont été prises sans accompagnement économique et sans préparation préalable. Elles ont induit un effet de hausse des prix supplémentaire en plus de celui engendré par la dépréciation du rouble. Ceci a engendré une sur-réaction de la BCR qui reste obnubilée par sa politique de ciblage de l’inflation. Mais la hausse des taux n’a pratiquement pas d’effets sur l’inflation. Les déséquilibres qui ont permis à la spéculation de la mi-décembre de prendre place trouvent leur source dans des erreurs qui ont été faites tant à la BCR qu’au MinFin. Ce sont ces erreurs qu’il faut corriger.

La présentation de Jacques Sapir a porté sur le problème de la convergence (et de la non-convergence) au sein de la Zone Euro. Il convient de rappeler que la convergence sert à décrire à la fois un processus d’harmonisation institutionnel, mais aussi, et on a eu tendance à l’oublier, un processus de nature macroéconomique. C’est cette convergence macroéconomique qui a expliqué dans une large mesure l’attractivité de l’UE pour les Etats « non-membre ». L’intégration monétaire devait provoquer une meilleure corrélation du cycle des affaires entre les pays[1]. Cette intégration monétaire devait aussi conduire à une accumulation des connaissances conduisant à une forte augmentation de la production et des échanges potentiels[2]. On peut remarquer que l’impact des politiques économiques nationales mises en place dans les pays de la zone justement du fait de l’introduction de la monnaie unique ont eu une importance considérable sur la trajectoire individuelle des pays. Ainsi, l’accroissement de la dette publique en France a été largement lié à des politiques de compensations des effets négatifs de l’euro sur la croissance. L’impact de l’Euro ne se manifeste donc pas seulement sur la croissance mais sur la totalité des indicateurs y compris les indicateurs budgétaires et de la dette publique.

On constate en réalité trois dynamiques très nettes. Il y a celle, tout d’abord de l’Espagne et de la Grèce dont le taux de croissance est fortement supérieur à celui des pays du « noyau » (core) soit de la France et de l’Allemagne, mais dont la croissance est cassée par la crise des dettes souveraines dans la zone Euro. Il y a, ensuite, le cas du Portugal, dont la croissance semble avoir été cassée bien avant la crise des dettes souveraines et qui cesse son mécanisme de convergence dès 2001. Enfin, nous avons le cas de l’Italie, dont la croissance s’avère inférieure à celle des pays du « noyau » et qui va décrocher de ces pays dès les années 2000. Si l’on considère maintenant l’évolution du taux de croissance du PIB par tête (calculé en indice) rapporté aux taux de l’Allemagne, on remarque encore mieux les phénomènes macroéconomiques très violents qui surviennent sur longue période. Mais, surtout, cette comparaison des taux de croissance relatif fait ressortir qu’à partir de 2006-2007 plus aucun pays n’améliore sa position par rapport à celle de l’Allemagne et en particulier, pour les pays les plus pauvres, il n’y a plus de convergence. Ici encore on ne peut pas ne pas remarquer la situation très particulière d’un pays, l’Italie. Ce pays voit sa situation économique se détériorer tout d’abord en début de période (1989-1992) puis à nouveau, et de manière très sensible, à partir de 2005, soit avant la période dite de la crise des dettes souveraines. En fait, un pays montre une relative convergence de long terme, c’est l’Espagne, alors que la France stabilise sa situation par rapport à l’Allemagne.

Deux conclusions sont possibles et viennent probablement ajouter leurs effets.

  • (a) : L’UE fonctionne de moins en moins comme un mécanisme unifiant la situation des pays membres et de plus en plus au profit des (du) plus fort, c’est à dire l’Allemagne.
  • (b) Les caractéristiques propres à l’économie de ces pays, que ce soit en Pologne ou en Slovaquie pourraient expliquer bien mieux la présence d’une convergence que les mécanismes européens.

La présentation du professeur Vyatcheslav S. PanfilovPractical Issues of Theoretical Conceptions: A Case of Financial, Monetary and Credit Policies” a mis en valeur les fondements implicites des politiques économiques qui sont menées aujourd’hui tant en Russie que dans l’UE. Ces politiques, qu’il s’agisse de l « politique d’austérité » menée dans l’UE ou de la « politique anti-inflation » qui est conduite en Russie sont des politiques largement idéologiques. En effet, qu’il s’agisse de l’UE ou de la Russie, ces politiques n’ont pas donné le début du signal de leur succès. Pourtant, et en dépit des problèmes de plus en plus importants qui sont issus de leur mise en œuvre, les gouvernements poursuivent dans l’erreur. C’est une situation où il est clair que prédominent des a-priori idéologiques. Il est ainsi clair que seule une crise majeur peut faire s’effondrer cet a-priori et permettre le retour de la question des politiques économiques dans le monde du réel. Il faut donc en un sens se féliciter de la double crise que connaissent tant l’UE que la Russie, cette crise se manifestant dans l’élection à venir en Grèce qui pourrait conduire à une remise en cause des politiques d’austérité et en Russie par la crise spéculative que l’on a connue sur le marché des changes et qui expose le caractère faux de la politique de la Banque Centrale.

La présentation de Mme Clément Pitiot portait sur trois aspects des tensions qui se manifestent entre la Russie et l’UE et qui jouent un rôle déterminant dans la transformation de l’environnement monétaire internationale dans laquelle la Russie est un acteur non négligeable. En tout premier lieu les rapports tendus avec la Russie qui se répercutent sur les enjeux économiques permettent de révéler les mécanismes de conventions :ils dictent aux acteurs politiquement corrects du système monétaire et financier international les règles de comportement pour assurer la persistance des fonctionnements du système. La persistance de la crise met en évidence la fragilisation[3] de l’ordre monétaire et financier global que les conventions cherchent à dissimuler. La crise qui est en cours est de nature à rendre impérieux, au delà d’un sauvetage, une nouvelle orchestration, l’invention d’un autre futur monétaire et financier pour coordonner les flux monétaires dans l’économie mondiale. Qui est capable de discuter et d’imaginer à cette heure cette transition et non se suicider dans l’illusion de l’inertie?

Les agences de notation occidentales commencent à intégrer les éléments de cette propagande, ainsi devient-elle convention en s’inscrivant est dans le marbre de leur rating.

Fitch a dégradé la Russie de BBB à BBB- (juste avant le défaut)[4].  Aucune rationalité économique[5] n’est derrière cette notation sinon le discrédit imposé sur les marchés vis à vis de la Russie qui devra payer un coût supplémentaire évalué entre 20 et 30 milliards d’euro en 2015….. Manière de faire bien savoir qui contrôle les robinets financiers mais aussi que la libre concurrence est juste un vocable théorique sans fondement réel. L’économie occidentale est aussi en péril. Les économistes ne cachent pas leur inquiétude et font le parallèle à la situation des années 30s pour rendre plus significatives leurs craintes. Pour l’économiste Brad de Long, la crise a réduit la croissance dans le monde occidental dans des proportions importantes. On peut évaluer les pertes cumulées de PIB relativement à la tendance de 1995-2007, pour les Etats Unis cette perte s’établit à 78% et pour l’Euro zone elle est de 60% du PIB actuel[6]. L’économie récupère moins vite de la grande récession que durant la grande dépression de 1929.

L’intervention du professeur Oleg Dj. Govtvan’ (“Prospects of Money, Credit, and Banks in Russia”) a porté sur les conséquences de la politique conduite par la BCR sur la politique du crédit mais aussi sur les banques russes. La politique des années 2012 et 2013 avait eu tendance à affaiblir le système bancaire russe, en poussant de nombreuses banques a avoir recours à des crédits étrangers en raison du coût de l’argent en Russie. Ceci est devenu un véritable problème dès que les sanctions financières ont commencé à s’appliquer. De fait, la BCR est la cause majeure de la crise des banques russes, même si elle commence à s’en rendre compte et met en œuvre une politique destinée à les stabiliser et à les recapitaliser. Mais, il a fallu la crise spéculative de la mi-décembre pour que ces décisions soient prises, et elles ne l’ont été que sous la pression du gouvernement.

La discussion qui a conclu cette première journée a mis en lumière la congruence (convergence des effets à partir des causes différentes) que l’on peut observer entre la situation de la Russie et celle de l’UE. Mais, elle a aussi mis en lumière le fait que la Russie dispose de plus d’atouts pour sortir des difficultés qu’elle connaît actuellement, alors que l’UE apparaît comme empêtrée dans des problèmes qui sont largement insolubles dans le cadre institutionnel actuel. Des leçons apparaissent néanmoins comme transposables pour l’Union eurasiennes à partir d’une analyse des problèmes spécifiques rencontrés par l’Union européenne.

II.  Les effets des sanctions et les dynamiques économiques en Russie et dans l’UE.

Ce thème a été l’occasion d’une discussion des plus importantes. La présentation faite par le professeur Chirov et qu’il a fait avec MM. Vadim V. Potapenko, (IPEN-ASR) et A.A. Yantovskiy, (IPEN-ASR) Estimating potential effect of sanctions on economic development in Russia and EU a mis en évidence le fait que la politique économique portait l’essentiel de la responsabilité du ralentissement de la croissance en Russie. En particulier, c’est la politique économique qui est responsable du fait que le mois de novembre a été marqué par un (léger) recul du PIB. Les problèmes ne datent pas du « régime des sanctions » mais proviennent de phénomènes qui ont commencé à se manifester dès la fin de 2012. Ces problèmes sont en réalité bien plus importants que ceux issus du régime des sanctions. Mais, les sanctions financières ont bien eu des effets sur l’économie à partir de septembre 2014. Ces effets potentiels des sanctions, répartis sur les 3 prochaines années, peuvent se résumer ainsi :

  • –       Absence de refinancement des entreprises pour 150-200 milliards de USD
  • –       Absence d’IDE : 30-50 milliards USD
  • –       Réduction de la coopération industrielle : 20-30 milliards USD
  • –       Réduction d’accès aux technologies avancées : 5-7 milliards USD

La partie financière des sanctions se monte à 180-250 milliards de dollars tandis que la partie industrielle de ces sanctions ne se monte qu’à 25-37 milliards USD. Mais, ces calculs sont des prévisions et représentent des potentiels. Ils n’incluent nullement la possibilité pour les acteurs économiques russes de trouver d’autres canaux et d’autres fournisseurs. Ainsi, cela suppose que les entreprises pétrolières ne trouvent pas des solutions alternatives (en se tournant en particulier vers des fournisseurs asiatiques) à la coopération avec des partenaires européens ou américains.

Par ailleurs, les sanctions financières auront aussi des conséquences pour les pays occidentaux. On peut estimer la perte sur les intérêts versés aux investisseurs occidentaux à 10 milliards de dollars par ans. Dans le domaine commercial, la perte pour les producteurs européens (UE) se monte à 30 milliards de USD par an. Un autre phénomène dont il faut tenir compte est le développement de substitutions aux importations, soit par la production interne (cela peut représenter de 7 à 13 milliards USD), soit par la recherche d’autres fournisseurs (en Asie) ce qui devrait représenter 20-22 milliards USD par an. Le total du coût pour les pays occidentaux devrait être de 37 – 45 milliards par an. A cela il faut ajouter une restriction de la demande qui ne sera pas compensée. On arrive ici à un total de 50-70 milliards par an. Ceci ne tient pas compte d’un effet multiplicateur (effet dits « de deuxième tour » portant sur les fournisseurs des entreprises exportant vers la Russie) résultant de l’interruption du commerce avec les pays occidentaux. Pour les pays de l’UE, ces effets résultant de l’impact indirect  seraient de l’ordre de 180 milliards de dollars.

Tableau 1.

Impact estimé des sanctions sur l’industrie de l’Union Européenne

Impact direct

Impact direct et indirect

Produits de l’agriculture

-0,37%

-0,89%

Produits de l’industrie textile

-0,33%

-0,73%

Produits de l’industrie chimique

-0,26%

-0,69%

Machines et équipements.

-0,56%

-0,98%

Production d’équipements électriques

-0,27%

-0,65%

Véhicules et équipements de transport

-0,82%

-1,32%

Au total, la contraction devrait être égale à 0,75% du PIB de l’UE. Mais, il est évident que ceci se répartira de manière très différente sur les pays membres de l’UE. L’impact pourrait donc être un peu plus important pour des pays comme l’Allemagne, la Pologne et l’Italie, dont le commerce avec la Russie est important, et moindre pour l’Espagne, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas.

Rémi Bourgeot, doctorant au CEMI-EHESS, a présenté un rapport sur la logique de la déflation dans l’économie japonaise, et les parallèles que l’on pouvait faire avec la situation actuelle de la zone Euro. Il a en particulier montré de manière extrêmement convaincante que la cause principale des mouvements de déflation est à rechercher dans l’évolution des salaires dans différends pays. Ainsi, c’est bien le cas au Japon, où les salaires industriels sont restés très bas depuis maintenant une vingtaine d’année. Le même scénario est en train de se produire dans la zone Euro, mais masqué par des parités de change qui faussent largement notre perception de l’évolution des salaires. Ainsi, dans le cas où des pays comme l’Italie, l’Espagne ou la Grèce auraient eu les taux de change correspondant à leur situation économique réelle, ceci serait devenu évident dès 2006-2008. Seul un ajustement brutal du taux de change de ces pays pourraient leur permettre d’augmenter les salaires et de rester compétitif, ce qui aboutirait à annuler la tendance déflationniste. Mais, le parallèle entre le Japon et l’UE met aussi en évidence les effets très pervers de la politique salariale allemande qui « exporte » la déflation dans les pays qui sont liés à l’Allemagne par l’Union Economique et Monétaire (la zone Euro).

Le professeur Boris N. Porfiriev (“Food Import Substitution and Development of the Green Agriculture as a Strategic Response to the Sectoral Sanctions against Russia”) a ensuite présenté les problèmes posés à la Russie par la politique de substitution aux importations dans le domaine de l’agriculture et de la transformation des produits agricoles. Cette présentation a montré qu’un potentiel extrêmement important existe en Russie tant dans la production agricole de base que dans le domaine de la transformation. Mais, pour que la Russie réussisse son programme de substitution aux importations il est impératif de :

  1. Mettre en place les cadres institutionnels permettant le développement rapide des productions dans le cadre de cette substitution.
  2. D’avoir des taux d’intérêts à des niveaux nettement plus bas que ceux pratiqués actuellement afin de permettre un investissement important, et susceptible de devenir rentable en moins d’un an, dans le domaine des industries de transformation.
  3. De moderniser les circuits de distribution.
  4. De concevoir de points d’applications aux politiques de l’innovation utilisant les produits agricoles (bio-chimie et bio-matériaux/énergie).

Le professeur Dmitry B. Kuvalin (“Potential Impact of the Russia and the Western Nations’ Reciprocal Economic Sanctions: A Forecast Estimate of the Enterprises”)  a présenté le sondage réalisé sur un panel de 1500 entreprises (hors secteur de l’énergie et des matières premières). C’est une des rares études microéconomiques dont on dispose en Russie de manière constante sur ces 18 dernières années. L’un des enseignements de ce sondage (qui est réalisé deux fois par an) a été de montrer que les chefs d’entreprises, s’ils arrivent à bien prévoir des évolutions linéaires, sont par contre très souvent surpris devant des points de rupture, et en particulier des points de rupture négatifs. L’étude se poursuivant depuis 1997, des comparaisons ont pu être réalisées sur les comportements des chefs d’entreprise lors de la crise de l’été 1998, de celle de l’hiver 2008-2009 (crise de Lehman Brothers) et de la situation actuelle. L’un des enseignements est que les chefs d’entreprise sont bien moins pessimistes qu’en 1998 ou en 2008 et qu’ils développent déjà des stratégies d’adaptation aux nouvelles conditions en Russie.

L’intervention de Jean-Pierre Pagé portait sur le risque de déflation dans l’Union Européenne et les moyens de contrecarrer cette possible évolution. Il a insisté sur le fait que la déflation gagnait du terrain dans l’UE et dans la zone Euro et que les politiques mises en œuvre à l’heure actuelle n’avaient pas fait la preuve de leur efficacité pour lutter contre la déflation.

Enfin, la présentation d’Anton K. Moiseev (“Capacity of the Russia Economy’s Price Competiveness: Policy Implementation Issues”) portait sur la capacité de l’industrie russe de maintenir sa compétitivité prix. Dans une étude très complète, et procédant à des comparaisons sectorielles, il a montré que l’industrie russe avait un problème de compétitivité-prix jusqu’en décembre 2013, l’appréciation du rouble étant en réalité supérieure aux gains nets de productivité du travail dans l’industrie manufacturière avec les principaux concurrents de la Russie. La forte baisse du taux de change du rouble a depuis réglé la question. De fait, le rouble est actuellement sous-évalué, le taux de change nominal correspondant à une égalité du taux de change réel avec 2010 devant se situer vers 43-48 roubles pour un dollar. Le rouble bénéficie ainsi d’une marge importante d’appréciation dans les prochains mois. Le gain en compétitivité-prix ne sera néanmoins complètement utilisé que si le taux d’intérêt revient à un niveau raisonnable soit à environ 3% en terme réel (ce qui pour un taux d’inflation de 10% signifie 13%). A défaut, il faudra mettre en place des mécanismes parallèles de financement.

Enfin, Richard Clément a présenté des estimations des coefficients de rentabilité des entreprises étrangères opérant en Russie. Ces entreprises font preuve, d’une manière générale d’une très grande rentabilité (en roubles).

La deuxième journée du séminaire (en fait une journée et demie en raison de la multiplicité des présentations et de l’ampleur des discussions) a ainsi permis de faire le point sur les effets des sanctions et sur la dynamique économiques de la Russie. Les capacités en matière de substitution aux importations s’avèrent très importantes, et ceci pas seulement dans le domaine de l’agriculture mais aussi des biens industriels. Sous réserve que des circuits de financement adaptés soient mis en place, la croissance de l’économie russe pourrait recommencer dès la fin du 1er semestre 2015 sur des bases nouvelles. Ainsi, les prévisions pour l’année 2015 montrent une extrême sensibilité à la question des taux d’intérêts et/ou de la mise en place de circuits de financement parallèle. Les prévisions vont de -5% (si rien n’est fait) à -1,5% (si une politique raisonnable est mise en place) et se révèlent tout aussi sensible à cet effet des canaux de financement pour 2016 où les prévisions vont de 1% (scenario inertiel) à +5% (scenario de fort investissement). Mais, cette journée a aussi permis de présenter la situation de l’UE du point de vue du risque déflationniste. Ce risque semble bien sous-estimé par les différents dirigeants. Or, si l’UE plonge dans la déflation elle devrait connaître une croissance extrêmement faible en 2015, et sans doute nulle en 2016. Ces calculs montrent de plus que les trajectoires de croissance de la Russie et de l’Union Européenne sont largement liées.

III. Les dynamiques de développement territorial.

L’intervention de M. Claude Rochet portait sur les défis que représente la notion de « smart cities » appliquée dans le cas de la Russie. Son exposé à mis en valeur le fait qu’il ne fallait pas adopter une vision essentiellement « technique » de ce que sera une « smart city » mais comprendre qu’il y a des enjeux essentiels en matière d’appropriation démocratique de l’espace et des technologies pour que se développe ce concept. Dans la discussion qui a suivi, et où l’exemple du pôle urbain et pôle d’innovation de Lausanne-Jura a été développé, de nombreux cas ont été présenté.


Ceci a été développé à propos du « cluster » des activités sportives de Sotchi/Krasnaya Poliana/Rosa Khutor par les chercheurs de l’université d’Etat de Sotchi, et en particulier Mme G. Romanova, Mme G.Bryukhanova et Mme T.Saleeva. Des informations très intéressantes ont ainsi été mises à la disposition des chercheurs du séminaire, et une discussion importante a permis de dégager des pistes pour le développement possible de Sotchi et de sa région (le kraï de Krasnodar) dans “l’après-JO”. L’idée de réaliser en parallèle trois études de cas a été adoptée.

Participants à la 48ème session

Membres russes :

  • Victor V. Ivanter, académicien, directeur de l’IPEN-ASR (Institut de Prévisions de l’Economie Nationale – Académie des sciences de Russie)
  • Boris N. Porfiriev, membre correspondant de l’Académie des sciences, vice-directeur de l’IPEN-ASR, directeur du laboratoire d’analyse et de prévision des risques naturels et technologiques du développement économique.
  • Viatcheslav S. Panfilov, vice-directeur de l’IPEN-ASR, directeur du laboratoire des ressources financières.
  • Dmitri B. Kuvalin, vice-directeur de l’IPEN-ASR, directeur du laboratoire d’analyse des processus microéconomiques.
  • Alexandre A.
  • Alexandre A. Chirov, vice-directeur de l’IPEN-ASR, directeur du laboratoire d’analyse et de prévision du potentiel industriel et des relations inter-sectorielles
  • Oleg Dj. Govtvan’, responsable du laboratoire d’étude des processus monétaires de l’IPEN-ASR, Docteur d’Etat.
  • Anton K. Moiseev, Collaborateur principal au laboratoire d’étude des processus monétaires de l’IPEN-ASR.
  • Vadim V. Potapenko, collaborateur junior au laboratoire d’étude du potentiel industriel et des relations inter-sectorielles de l’IPEN-ASR.
  • Karina Kh. Rekosh, professeur de français au MGIMO, traductrice.
  • Galina M. Romanova, Recteur de l’Université d’Etat de Sotchi (FGBOU-VPO), professeur d’économie.
  • Evgueniy V. Kudelia, Ministre du tourisme du Kraj de Krasnodar, économiste.
  • Tatiana V. Saleeva, Responsable du département d’économie et de prévision auprès du Ministère du tourisme du Kraj de Krasnodar, économiste
  • Anatoli T. Bykov, Professeur, chef de la chaire de Médecine à l’université de Sotchi, Docteur en biologie.
  • Galina M. Konovalova, Pro-recteur de l’Université de Sotchi, Docteur d’Etat en biologie.
  • Irina I. Ukraintseva, Pro-recteur de l’Université de Sotchi, département des sciences sociales.
  • Tatiana E. Gvarliani, Professeur à l’Université de Sotchi, directrice de la chaire de Finance et Crédit.
  • Galina D. Bryoukhanova, Professeur à la faculté de tourisme et des sports de l’Université de Sotchi.
  • Segruei M. Romanov, Dekan (responsable des études) de la faculté de tourisme et des sports de l’Université de Sotchi.
  • Elena K. Borobej, Maitre de conférences au département de comptabilité et d’audit de l’Université de Sotchi.
  • Mikhail A. Zavialov, Responsable du service des bourses et des projets à l’Université de Sotchi.
  • Boris A. Ermakov, Professeur à la chaire des services de tourisme de l’Université de Sotchi.
  • Elena E. Siniavskaya, Professeur au département de Finance et du Crédit de l’Université de Sotchi.

Membres français

  • Rémi Bourgeot, doctorant au CEMI-EHESS.
  • Hélène Clément-Pitiot, maître de conférences à l’Université de Cergy-Pontoise, (HDR), chercheuse au CEMI-EHESS, en résidence à Moscou auprès de l’IPEN-ASR.
  • Richard Clément, responsable bancaire à GazpromBank
  • Jean-Pierre Pagé, ancien haut-fonctionnaire au Ministère des Finances, responsable de la publication du « Tableau de Bord de l’Europe orientale et de la CEI » dans le cadre du CERI-FNSP.
  • Claude Rochet, professeur de sciences économiques et de gestion à l’université d’Aix-Marseille (Institut de Management Public et de Gouvernance Territoriale), responsable du laboratoire d’intelligence économique au Ministère des Finances.
  • Jacques Sapir, directeur d’étude à l’EHESS, directeur du CEMI-EHESS.
  • Julien Vercueil, maître de conférences (HDR) en économie à l’INALCO.

[1] Rose, A.K. (2008), « EMU, trade and business cycle synchronization », Paper presented at the ECB conference on The Euro of Ten: Lessons and Challenges, Frankfurt, Germany, 13 et 14 novembre

[2] De Grauwe, P. (2003), Economics of Monetary Union, New York: Oxford University Press. Frankel, J.A., Rose A.K. (2002), « An estimate of the effect of currency unions on trade and output », Quarterly Journal of Economics, Vol. 108, n°441, pp. 1009-25.

[3] Les prévisions des services d’étude économique de la banque de France

www.banque-france.fr/uploads/tx_bdfgrandesdates/RDB_GB_01.pdf ont livré une contribution qui met en avant la fragilisation du système . «Turning to the current economic outlook, the recovery of the US economy is more advanced and perceived as more solid than in the euro area.  Investors would expect unambiguously lower nominal short‑term interest rate in the euro area than in the United States». Normalement l’ «Amplitudes of fluctuations of longer‑term US and euro area interest rates have been quite similar since  2001»… Ce fait est une conséquence de la globalisation et de l’interrelation des sphères monétaires et financière dans le cadre du système international de dollar standard. Une exception cependant :, la période pré-crise 2005-07 et l’amorce de la crise US des subprimes. Un nouveau découplage se dessine dans un sens opposé à celui de 2005-07, d’après les observations du département d’étude de la BdeF. Ce découplage signifie-t-il un indication de fragilisation de la zone Euro?

[4] Auprès de l’agence de rating chinoise, Dragon Global Credit (DGC), les US sont noté A- et la Russie reste en A ! Le monde est ainsi déjà bipolaire.

[5] c’est bien ce qu’analyse dans le détail l’article d’Alexandre Mercouri dans Russia insider http://russia-insider.com/en/2015/01/11/2322 Quand on nous dit que L’approche de la Russie est au bord de falaise… parce que la Russie reçoit entre 1/2 de 1/3 moins de revenu d’hydrocarbures… 15 % en moins au total des entrées, ceci provoquerait que l’économie russe est sur le point de chuter. C’est une absurdité flagrante! Une perte de revenue extérieur de 15% n’a jamais chuter une économie…


2015-01-22 09.33.06

Autour de la statue de Maurice Thorez à Sochy. Le texte en est “monument historique d’intérêt régional”

Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.


2015-01-23 12.00.12

Les monts du Caucase, vus depuis le sommet de la station de Krasnaya Polyana, la station des J.O de Sochy

Facebook Comments
Print Friendly

Comments are closed.