Quand les économistes critiquent l’euro et le libre-échange - Site de Claude Rochet

Compteur

  • 73770Lectures totales:
  • 33882Visiteurs Total:
  • 291Visiteurs par jour:
  • 0Visiteur en ligne :

Un endroit de rêve pour vos vacances

Un endroit de rêve pour vos vacances
Libre-échange

Quand les économistes critiquent l’euro et le libre-échange

Partager:
Share

Quand les économistes critiquent l’euro et le libre-échange.

mercredi 17 juillet 2013

Par Laurent Pinsolle 

Même si en France, critiquer la monnaie unique ou le libre-échange reste relativement tabou, le débat progresse paradoxalement dans les sphères intellectuelles anglo-saxonnes. De nouveaux exemples avec les papiers de KrugmanStiglitz et de deux professeurs étasuniens.
 
 
 
Quand Krugman accable (encore) l’euro
 
Déjà, dans son dernier livre, le « prix Nobel d’économie » 2008, avait sévèrement critiqué la monnaie unique qu’il avait jugé responsable de la crise que nous traversons. Dans un nouveau papier de son blog, il souligne à quel point la Grande-Bretagne a eu raison de ne pas se joindre à l’aventure de l’euro. Il souligne que la crise de la zone euro a fait prendre conscience de « l’importance cruciale d’avoir sa propre banque centrale comme prêteur de dernier ressort pour les dettes publiques » et que « la dévaluation interne (…) est vraiment difficile par rapport à seulement dévaluer sa monnaie ».
 
L’économiste se fait plus saignant : « parler aux partisans de l’euro et ils ne peuvent pas envisager, même de manière hypothétique, la notion que la monnaie unique était une mauvaise idée », puis il s’étonne que « malgré des preuves écrasantes que l’euro était une idée encore pire que ce que l’on pensait il y a dix ans, des pays, notamment la Pologne, envisage encore de la rejoindre ». Ces commentaires vont dans le sens d’un papier de The Economist qui rapporte les travaux de deux universitaires étasuniens, qui font un parallèle entre la monnaie unique et l’étalon or.
 
Ils soulignent que les pays de la zone euro n’ont pas seulement renoncé à conduire leur propre politique monétaire, mais aussi à leur stabilité financière. Ils font un parallèle avec la situation de l’entre-deux-guerres, quand la Grande-Bretagne avait rejoint l’étalon or avec une livre surévaluée, conduisant à une politique déflationniste. Ils rappellent que cette parité avait provoqué une bulle spéculative. Enfin, ils évoquent le risque que font peser les taux de change fixes et la liberté de circulation des capitaux sur la démocratie, faisant un parallèle avec le chemin de l’Allemagne vers le nazisme.
 
Stilglitz s’éloigne (lui aussi) du libre-échange
 

Si Paul Krugman et Joseph Stiglitz ont souvent défendu des politiques alternatives en matière de finance ou de taxation, en revanche, à l’origine, ils tenaient un discours très favorable au libre-échange et opposé au protectionnisme. Mais avec le temps, leur position a changé. Paul Krugman a évolué, comme je le soulignais dans ce papier en 2009, où il affirmait que l’abaissement des coûts de transports pouvait aboutir à des délocalisations importantes, au détriment des pays du Nord et il soutenait une « préférence nationale » dans le cadre des plans de relance consécutifs à la crise.

 
Déjà, dans son dernier livre, Joseph Stiglitz prenait la même direction, soulignant la destruction de millions d’emplois dans l’industrie et la baisse des salaires du fait de la montée en puissance économique de la Chine. Pour lui, le bilan global des échanges commerciaux des Etats-Unis est négatif d’un point de vue emplois. Il notait également que la suppression des frontières favorise le capital au détriment du travail, qui est mis en concurrence à l’échelle planétaire. Il notait également que « la mondialisation circonscrit la démocratie à travers la compétition », comme Emmanuel Todd.
 
Dans un papier pour le projet Syndicate, il revient sur le développement des négociations commerciales transatlantiques et trans-pacifique. S’il semble plutôt défendre le libre-échange, il dénonce le rôle des lobbys qui profitent de ces négociations pour obtenir des avantages, comme l’a fait l’industrie pharmaceutique, il défend les exceptions, et notamment l’exception culturelle de la France, en faisant valoir que les accords tendent à promouvoir le moins-disant sur le mieux-disant, notamment d’un point de vue normatif. Bref, encore une fois, il met de l’eau dans son vin libre-échangiste.
 

Il est tout de même malheureux que les positions critiques à l’égard de la monnaie unique européenne ou du libre-échange continuent à être autant caricaturées et qu’il soit si difficile d’en débattre sereinement dans la plupart des grands médias. Heureusement, les positions bougent dans la population. 

Partager:
Share

Comments are closed.