Jean-Luc Gréau: une voie de sortie de la crise - Site de Claude Rochet

Compteur

  • 98756Lectures totales:
  • 49342Visiteurs Total:
  • 407Visiteurs par jour:
  • 0Visiteur en ligne :

Droits de reproduction

Les publications de ce site sont placées sous licence Creative Common. Ils peuvent être repris à condition de citer leur auteur [Claude Rochet], leur source [Site personnel de Claude Rochet], url de la page correspondante, de ne pas modifier le contenu, de ne pas en tirer commerce.

Un endroit de rêve pour vos vacances

Un endroit de rêve pour vos vacances

Analyse économique

Jean-Luc Gréau: une voie de sortie de la crise

Partager:
Share

Jean-Luc Gréau dessine une voie de sortie de la crise.

Par Laurent Pinsolle 

L’immense intérêt de ce livre, outre le récit vivant et argumenté de la crise (y compris européenne), réside dans les nombreuses propositions que fait Jean-Luc Gréau pour s’en sortir. Où l’on voit que les solutions sont bien connues mais qu’elles sont ignorées par nos gouvernements.
 
 
Restructurer en profondeur le système monétaire et financier
 
Il commence par dénoncer l’indépendance des banques centrales en rappelant que ce sont les Etats qui ont cassé l’inflation excessive des années 1970. Dans un long développement, il revient sur les propositions de Maurice Allais, qui proposait que la création monétaire soit réservée aux Etats. Notre seul « prix Nobel d’économie » craignait en effet que les banques ne prêtent trop ou soient tentées de financer à court terme des prêts à moyen ou long terme. Il n’hésite pas à vanter le dirigisme étatique chinois dans le secteur bancaire, au service de la nation. Il propose de monétiser jusqu’à 2% du PIB par an de la dette publique, dans la limite d’un montant défini dans les lois de finances.
 
Il propose une stricte séparation (juridique et capitalistique) des banques en trois entités : dépôt, crédit et investissement, suivant les propositions du 100% monnaie. Il propose également d’interdire les opérations spéculatives pour compte-propre, de manière à ce que le crédit ne serve pas à financer la spéculation ainsi que les activités de carry trade (l’emprunt dans un pays pour placer dans un autre, pour bénéficier des écarts de taux). Et, dans une logique proche de la charte de la Havane, il envisage même que les excédents de balance des paiements des uns soient cédés à ceux qui sont en déficit, de manière à éviter de créer des masses de monnaies en recherche de placement.
 
Pour lui, il faut conditionner le refinancement des banques auprès de la banque centrale à la limitation stricte de la titrisation. Il propose également d’imposer aux banques de conserver une part importante des prêts qu’elles accordent tout en y ajoutant une décote pour tout prêt cédé pour transformer le prêt en « bien d’occasion ». Il propose de renforcer les obligations de liquidités. Enfin, il propose de limiter la part du financement inter-bancaire dans les bilans des banques. Il souligne le rôle du gel du marché interbancaire, dont les volumes ont été divisés par 10 pendant la crise, pour rappeler que le financement par les banques centrales revient à une « étatisation de fait du système de crédit ».
 
Dette, crédit et renouveau industriel
 

Pour régler le problème de la dette, il imagine trois solutions : une conversion de la dette à long terme en dette à durée indéterminée (qui existe en Grande-Bretagne), la monétisation d’une fraction des dépenses (il évoque 2 à 3% du PIB, le même chiffre que celui avancé par André-Jacques Holbecq, moitié moins que ce que fait la Grande-Bretagne) et le freinage de certaines dépenses insupportables (il vise particulièrement les collectivités locales, qui ont créé 600 000 emplois de 1998 à 2009). Il souhaite également que les bons du Trésor puissent « être émis directement auprès du public d’épargnants ».

 
Jean-Luc Gréau envisage un nouveau système de crédit pour compenser le tarissement des prêts issus des anciennes banques du fait des nouvelles règles. Il imagine des organismes de crédit sectoriels, avec le soutien public de l’Etat, voir des régions. Pour lui, cela relève d’une logique de « trustification », une stratégie qui consiste « à s’assurer la sécurité de leurs approvisionnements en amont de leur filière d’appartenance ». Dans une logique très fordiste et progressiste, il souligne que la rémunération du travail devrait être indexée sur la productivité.
 
Il plaide aussi pour « une nouvelle politique industrielle », s’appuyant sur les sondages de l’association de Philippe Murer démontrant que les peuples européens sont favorables au protectionnisme. Etant donné le manque de capitaux des industriels, il propose de s’appuyer sur le Fonds Stratégique d’Investissement, financé par la Caisse des Dépôts, les collectivités territoriales mais aussi des fonds d’investissement privés, et enfin une reconfiguration de l’actionnariat, qui donnerait les droits de vote aux actionnaires engagés pour plusieurs années et non aux spéculateurs à court terme.
 
« La Grande récession » de Jean-Luc Gréau est un livre essentiel. Non seulement il propose une analyse équilibrée et robuste de la crise globale et européenne, mais également de nombreuses pistes pour s’en sortir, le tout dans un format facile à lire et pédagogique. Merci.
 
Source : Jean-Luc Gréau, [amazon_link id=”2070449637″ target=”_blank” ]« La Grande Récession (depuis 2005) [/amazon_link]», Folio actuel (poche)
 
[amazon_enhanced asin=”2070449637″ /][amazon_enhanced asin=”2070121305″ /][amazon_enhanced asin=”2070751163″ /][amazon_enhanced asin=”2070773361″ /]
Partager:
Share

Comments are closed.