La crise sanitaire et la nouvelle trahison des clercs

Print Friendly, PDF & Email

Une tâche s’impose à nous. Pour l’heure ils s’agit de gérer l’urgence et de sauver ce qui peut etre sauvé. Mais il va s’agir de comprendre comme un pays, la France, qui avait le meilleur système de santé du monde, qui était à la pointe dans la gestion des crises, est devenu un pays du tiers-monde, sans moyens, sans logistique, sans médicament, réduit à appliquer cette logique de confinement, logique pré-industrielle, quand les pays d’Asie ont développé d’autres starétgies moins dommageables. Plus qu’une crise conjoncturelle c’est un effondrement de civilisation.

L’anthropologue et historien Joseph Tainter[1] nous explique comment les sociétés s’effondrent sous le poids de la complexité qu’elles créent, une mauvaise complexité devenue incontrôlable car on ne la comprend ni n’est capable de la piloter en raison du trop grand nombre de variables en interaction. Le système devient turbulent, un ensemble de réactions en chaîne incontrôlables et désordonnées. Il ne se calme que quand se réduit cette quantité d’interactions. Dans ses études historiques, Joseph Tainter montre que les sociétés n’ont d’autres solutions que de réduire leur taille pour les ramener à un niveau de complexité gérable. C’est ainsi que les grands empires ont disparu.

Cet effondrement n’a rien d’inéluctable contrairement à ce que croient des bobos écolos millénaristes qui ne comprennent rien à la dynamique des écosystèmes. Dans tous les cas étudiés par Jared Diamond dans Effondrement, il s’agit d’enchaînements d’erreurs humaines, de mauvaises décisions face à des phénomènes nouveaux et des chocs qui ont rendu les systèmes non résilients, incapable de résister à un évènement qui aurait pu être banal. Jared Diamond montrent que ces sociétés se sont effondrées parce qu’elles ont pris des décisions catastrophiques que rien ne les obligeait à prendre, si ce n’est l’incompréhension des phénomènes qu’ils ont eux-mêmes créés, comme la destruction des écosystèmes naturels pas l’introduction de nouvelles espèces lors des colonisations. L’état d’impréparation de la France (et des pays européens) face à la crise sanitaire est le résultat des décisions prises depuis trois décennies de « rationaliser » la gestion hospitalière