La baisse des coûts de production, une obsession ? - Site de Claude Rochet

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Articles les plus vus

Un endroit de rêve pour vos vacances

Un endroit de rêve pour vos vacances

Librairie en ligne

Qu'est-ce que la compétitivité?

La baisse des coûts de production, une obsession ?

Partager:

Une tribune de Jean-Luc Gréau parue dans « L’Expansion » d’octobre 2013, dans la rubrique : Le Coin des think tanks. Thème : « La baisse des coûts de production, une obsession ? ».


Le coût du travail occulte d'autres points essentiels
Les entreprises françaises insistent sur la nécessité d’une baisse du coût du travail. Cette revendication monomaniaque fait l’impasse sur tous les éléments d’appréciation de ce coût autres que son haut niveau apparent, le plus élevé d’Europe avec celui de la Belgique et celui de la Suède.Les dirigeants d’entreprise feraient bien de balayer devant leur porte. En 2012, le salaire mensuel de base a encore augmenté de 2,3 %, tandis que l’inflation courante a culminé à 1,2 %. Alors que les pays de l’Europe du Sud, frappés par la récession, baissaient dramatiquement la rémunération du travail – entre 10 et 30 % -, nos entreprises, pourtant victimes d’une économie stagnante, ont trouvé les moyens d’une nouvelle hausse.

Ces dirigeants feraient bien aussi de se pencher sur le retard considérable pris dans la robotisation et l’informatisation de leur production. Nous sommes à la traîne de tous nos grands concurrents européens et américains. L’Allemagne achète 19 000 robots quand nous en achetons 3 000. La France, pays de mathématiciens et d’informaticiens, ne s’est pas emparée des robots et de l’informatique pour doper sa productivité et bâtir des stratégies cohérentes de conquête et de fidélisation de sa clientèle. Sauf dans certains secteurs, comme la construction aéronautique, nos entreprises ont préféré délocaliser leurs productions ou leurs fournitures.

Ils pourraient encore, ces dirigeants, s’interroger à propos de l’impact qu’a la monnaie européenne sur leur compétitivité. Depuis que le yen a subi une dévaluation massive, l’euro est la monnaie la plus surévaluée du monde. Sa parité exagérée a fortement aggravé les difficultés de nos voisins du Sud, et elle handicape tous nos exportateurs. Dans ces conditions, même Airbus trouve avantage à s’installer aux Etats-Unis pour produire ses moyen-courriers. Or le Medef et ses grandes professions font de la parité de l’euro un sujet tabou.

Les entreprises doivent consentir à un débat plus sincère

Les chefs d’entreprise devraient enfin entrer dans le débat sur les dépenses qui occasionnent les charges publiques et sociales dont ils se plaignent. Un seul exemple : celui des prestations sociales, représentant plusieurs dizaines de milliards d’euros, et versées à partir d’une déclaration sur l’honneur. Ne pourraient-ils pas rappeler aux dirigeants politiques la nécessité d’écarter les passagers clandestins du bénéfice de la manne publique ?

Tout se passe comme si leur unique objectif était d’incliner l’Etat à des sacrifices renouvelés de charges fiscales et sociales, non gagées par des économies et sans contreparties assurées du point de vue de l’investissement et de l’embauche. Appelons les entreprises au débat plus sincère et constructif dont la France au travail a besoin.

 

Commentaires
Print Friendly, PDF & Email
Partager:

Comments are closed.