S’y résoudre…

Partager cet article:
Print Friendly, PDF & Email

Je ne pensais quand même pas devoir assister en rage, au nouveau déploiement du grand barnum destiné à animer l’entre deux tours de la présidentielle. « La grande quinzaine antifasciste à nouveau dans votre ville ! » Je me trompais, ils sont tous là, les petits marquis, les profiteurs, les obligés, les corrompus, les « artistes » subventionnés, les sportifs ingrats, les faux intellectuels, ceux qui veulent aller à la soupe, ceux qui veulent la garder, les comiques officiels, les journalistes sans morale, les fonctionnaires dévoyés, tous ceux qui portent leur « antifascisme » à la boutonnière, comme un signe extérieur de richesse. Toutes les tribunes leur sont ouvertes, car notre oligarchie devenue ploutocratie a ses méthodes : le rouleau compresseur de ses médias, les pressions et l’intimidation pour les récalcitrants, on ne veut voir qu’une tête et l’entendre clamer tout unimement : « no pasaran ! »

 Lionel Jospin, quand même idéalement placé, leur a pourtant dit en d’autres temps que c’était « du théâtre ». Et la plupart savent parfaitement qu’il n’y a aucun danger fasciste dans notre pays, mais ils font semblant. Parce qu’ils pensent que c’est le moyen de conserver leurs avantages de classe, aussi maigres soient-ils pour certains et que le sort de ce pays, leur patrie leur est indifférent. Le laisser à la merci du fondé de pouvoir du Capital néolibéral et à celle de la bureaucratie bruxelloise dirigée par l’Allemagne ne leur pose aucun problème. Alors on insulte la moitié du peuple français, qui nous disent les sondages s’apprête à faire le choix de Marine Le Pen. Les premiers de corvée, ceux qui travaillent dur, produisent, ceux qui se lèvent tôt, ceux qui sont au chômage, ceux dont le porte-monnaie est vide le 15 du mois, ceux qui voient disparaître les services publics, ceux qui s’inquiètent pour leur pays parce qu’ils l’aiment, et s’angoissent pour l’avenir de leurs enfants, eh bien tous ceux-là, ce sont des fascistes voire des nazis, nous disent les belles âmes. Faux prétexte, évidemment pour tenter de maintenir à tout prix Emmanuel Macron à l’Élysée, et qui est finalement un message clair pour la France d’en bas : « qu’ils crèvent ! »

Pierre Desproges disait souvent : « parlons de moi, il n’y a que ça qui m’intéresse », et je crois nécessaire d’en passer par là pour expliciter un choix qui pourrait paraître à certains contradictoire avec ce que furent les engagements d’une vie.

Antoine de Saint-Exupéry disait qu’on était « de son enfance, comme d’un pays ». Pendant celle-ci, dans l’éducation que j’ai reçue, on m’a appris la maxime suivante : « avantage de la particule, on n’aime pas la bourgeoisie, avec le peuple on peut s’arranger. En commençant par le respecter. » Le meilleur moyen étant de le connaître, ce fut l’école publique, le sport collectif obligatoire, et les vacances scolaires étant considérées comme trop longues, le travail d’abord agricole dans les fermes, puis en usine, histoire d’apprendre à vivre. La confrontation avec la condition ouvrière à la fin des années 60 fut un choc qui eut trois conséquences. D’abord, de prendre au sérieux les études qui permettaient de l’éviter, ensuite d’appréhender physiquement ce qu’était l’exploitation, et enfin la naissance d’une solidarité avec le monde du travail toujours présente 50 ans plus tard. Les étapes qui conduisirent à l’engagement communiste furent vite franchies grâce au mai 68 ouvrier, à la lecture de Marx et de quelques autres, et à l’entrée dans la vie active dans un métier où précisément l’engagement politique était possible. J’ai donc espéré l’émancipation humaine et j’ai partagé ce qui fut finalement la grande passion du XXe siècle. Le Parti communiste français était sûrement plein de défauts, mais il était l’expression politique de la classe ouvrière et l’outil d’intégration de celle-ci à la Nation. Et la CGT, incontestable « courroie de transmission » la défenseuse indispensable de ses intérêts. Il n’était pas toujours confortable d’être communiste, car cela pouvait impliquer des sacrifices familiaux, sociaux ou matériels. Puis il a fallu se confronter à l’échec du projet qui fut parfois terrible et sanglant, voir l’espérance s’évanouir et porter son deuil. En pensant à ces camarades de combat, « tous formidables, mais ça n’a pas marché ».

Mais on finit toujours par se dire que peut-être, qui sait, l’espoir de l’émancipation n’est pas éteint. Et en constatant que les ressorts du choix sont intacts, la solidarité avec les gens d’en bas toujours présente, penser que si nous avions perdu, ce fut ensemble et que s’il y a quelque chose à reconstruire, ce sera avec eux. Les invisibles, ceux de la France périphérique, expulsés de la vie publique, dont la parole n’est jamais prise en compte, à qui on applique des lois discutées et adoptés par des institutions où il n’y a pas un ouvrier ou un salarié d’exécution des services. Que l’on matraque, éborgne, ampute, emprisonne s’ils ont le malheur de se mettre en colère ou de vouloir protester.

Eh bien, ceux-là aujourd’hui, ils font confiance à Marine Le Pen et veulent la porter à la présidence de la république. Pour mettre fin à l’emprise quarantenaire sur la Nation du bloc élitaire néolibéral mis en place par François Mitterrand. Pour s’entendre traiter de fascistes par les profiteurs, les corrompus, les petits calculateurs, les arrivistes, et les imbéciles. Ravie la bourgeoisie qui ne pense qu’à son portefeuille, se frotte les mains et leur laisse faire le sale boulot. Jusqu’aux organisations politiques et syndicales « de gauche » qui ont tout raté et n’ont rien empêché, appelant aujourd’hui à voter pour un système liberticide autoritaire dont elles savent très bien qu’il va poursuivre sans frein le démantèlement de notre État social, et la transformation de la France en république bananière.

Parce qu’il faut être clair, que veut dire voter pour Emmanuel Macron ? C’est d’abord approuver son bilan, la destruction du droit du travail, la poursuite de celle du système de santé, entériner l’affaiblissement drastique des institutions avec la disparition de la séparation des pouvoirs, la violence contre les mouvements sociaux et en particulier la répression jamais vue depuis la guerre d’Algérie du mouvement des gilets jaunes, s’accommoder des multiples lois liberticides, de la mise en place d’un système ultra autoritaire où la liberté d’expression et de manifestation sont tous les jours malmenée, ne voir aucun inconvénient aux privatisations réservées aux copains, à la poursuite du dépeçage de l’outil industriel français, à la corruption géante du sommet de l’appareil d’État… On s’en tiendra là, mais la liste est encore longue.

Voter pour Emmanuel Macron c’est ensuite lui donner carte blanche pour un mandat non renouvelable, dans un contexte où il n’y aura aucune élection intermédiaire avant quatre ans. Alors, on connaît cet homme, on sait quels sont ses projets et quels intérêts il défend, ce sera donc « all inclusive et open bar ». La sécurité sociale et le système des retraites seront démantelés au profit des fonds de pension. Les amis de chez McKinsey seront chargés à grands frais de la mise en place, et ceux de Blackrock raflerons la mise.

Ce qui reste du tissu industriel français sera vendu à l’encan pour la grande joie des banques d’affaires qui se serviront au passage, notre souveraineté finira d’être démantelée au profit d’une UE dominée par l’Allemagne, à qui nous permettrons de partager notre siège au conseil de sécurité de l’ONU et de disposer de notre force de dissuasion nucléaire. Le tout bien sûr au nom d’une « souveraineté européenne » qui n’existe pas. Et puis il ne faut pas oublier, la disponibilité personnelle d’Emmanuel Macron pour toutes les dérives sociétales. Les bourgeois catholiques qui ont abandonné Valérie Pécresse pour protéger leur portefeuille, boiront le calice jusqu’à la lie. Au bout de ces cinq nouvelles années, la France sera méconnaissable et ce sera irréversible.

Alors quand on entend les antifascistes de pacotille venir nous dire qu’il faut voter Macron pour ensuite mener les luttes au Parlement et dans la rue, on reste interdit devant tant de cynisme ou d’aveuglement. Pendant les mandats présidentiels Hollande et Macron, aucune grève, aucune mobilisation, aucune activité parlementaire n’a permis de s’opposer à l’agenda néolibéral.

Par conséquent, même si c’est difficile de glisser dans l’urne un bulletin portant le nom de Le Pen, il faut s’y résoudre, en refoulant les états d’âme. Malgré le souvenir de ce que le Front National et son chef avaient de détestable, et de ce scrutin de 2002 où pour la seule fois de sa vie on a voté à droite pour le battre à plate couture. Voter Marine Le Pen, c’est bien sûr d’abord voter contre Macron et son système. Mais c’est aussi regarder la réalité en face et ce bloc populaire qui se structure autour d’elle. Et ces ouvriers, ces employés, ces paysans qui disent désormais massivement qu’il faudra de nouveau compter avec eux, leur rendre la place qui est la leur, il est nécessaire à ce moment précis d’être de leur côté. Et pour ma part de leur être fidèle.

Élire Marine Le Pen est bien sûr un pari, mais il est beaucoup moins risqué que de choisir Macron. L’effet de rupture produira des possibles, ce coup d’arrêt provoquera des recompositions politiques, et la dirigeante du Rassemblement National ne pourra pas gouverner seule. Et là, la lutte politique reprendra tout son sens.

Pour conclure, nouveau petit détour par Pierre Desproges. Cette prise de position que je pense être de l’intérêt de mon pays, me vaudra, de la part des tenants de la république bananière autoritaire et des gauchistes imbéciles, mises en cause et insultes, l’accusation d’être un « rouge-brun », et d’avoir renié mes idéaux de jeunesse. Je répondrais qu’ils sont intacts et qu’en matière d’antifascisme je n’ai de leçon à recevoir de personne, avec une vie qui en répond.

Mais de toute façon ça n’a guère d’importance, Jorge Luis Borges disait : « le destin d’un homme aussi long et compliqué soit-il se résume en fait au jour où il sait définitivement qui il est ». Pour ce qui me concerne, il y a longtemps que c’est fait. Trop tard pour changer.

 J’espérerai toujours l’émancipation humaine, même si elle prend décidément des chemins bien tortueux.

Partager cet article:

Une réponse pour “S’y résoudre…”

  1. Ping : S’y résoudre… (Claude Rochet) – Éloge de la raison dure

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.