Gilets jaunes : « Macron a les pieds et les poings liés par l’Union européenne »

Partager:

Print Friendly, PDF & Email

 

  • Par  Coralie Delaume
  • Publié
Gilets jaunes : « Macron a les pieds et les poings liés par l'Union européenne »
«Ne restent aux gouvernants nationaux que deux outils disponibles: la fiscalité et le coût du travail», affirme Coralie Delaume. LUDOVIC MARIN/AFP

FIGAROVOX/TRIBUNE – Pour Coralie Delaume, si les revendications des Gilets jaunes sont légitimes, leur application ne pourra se faire sans une remise en cause du fonctionnement de l’Union européenne. En l’état actuel des traités, les États membres ne peuvent plus mener de politiques économiques et commerciales souveraines, explique-t-elle.


Coralie Delaume est essayiste et vient de publier Le Couple franco-allemand n’existe pas (Michalon, octobre 2018). Elle anime également, depuis 2011, le blog L’Arène nue.


Augmentation du SMIC et des retraites, taxation des très grandes entreprises, protection de l’industrie française, fin de la politique d’austérité et redéploiement des services publics: telles sont les revendications des Gilets jaunes révélées la semaine dernière dans la presse. Le rétablissement d’une véritable démocratie fait également partie des demandes récurrentes.
L’Europe est en revanche absente des mots d’ordre et des slogans. Pourtant, aucune des demandes formalisées n’est réalisable dans l’Union européenne actuelle, dans le Marché unique et dans l’Euro, qui sont le cadre à l’intérieur duquel prennent place les politiques nationales. Les gouvernements nationaux ne sont finalement que des relais consentants de l’UE, des fondés de pouvoir satisfaits de leur impuissance.

L’Union européenne est plus qu’une simple organisation internationale.

Il ne peut y avoir de démocratie dans le cadre de l’Union européenne
L’Union européenne est plus qu’une simple organisation internationale. Elle n’est pas intergouvernementale mais supranationale. Les juristes disent que la Cour de justice des communautés a «constitutionnalisé les traités» via deux jurisprudences de 1963 et 1964. Autrement dit, la Cour a fait naître un ordre juridique inédit et posé les bases d’un proto-fédéralisme sans que les peuples soient consultés – ni même avertis – de la venue au monde d’une quasi-Constitution.
Les Français ont fini par l’être, mais… quarante ans plus tard! Le référendum de 2005 sur le Traité constitutionnel européen consistait finalement à demander aux électeurs de légitimer a posteriori une situation qui préexistait de longue date. C’est l’une des raisons pour lesquelles il n’a pas été tenu compte du «non» français (ni du «non» néerlandais), et pour lesquelles le texte a été réintroduit sous le nom de «Traité de Lisbonne». Pour pouvoir respecter le verdict des urnes, il eût fallu admettre qu’on avait validé un processus de «fédéralisation furtive» de l’Europe, et rebrousser une partie du chemin parcouru dans cette voie.

Le Parlement européen n’en est pas un.

Si la mutation quasi-constitutionnelle des traités a commencé très tôt, le processus d’évidemment démocratique s’est poursuivi ensuite. La fin du principe de l’unanimité au sein du Conseil européen, par exemple, a aggravé le problème. Comme l’explique le juriste allemand Dieter Grimm, elle a en effet rompu «la chaîne de légitimation» allant des peuples jusqu’au Conseil et dont le maillon essentiel était les gouvernements nationaux élus. Avec la fin de l’unanimité, un État peut tout à fait se voir appliquer une règle de droit ayant été explicitement rejetée par l’un des maillons de la chaîne de formation de sa propre volonté nationale, même si le poids relatif de la France au Conseil l’immunise en principe.

» LIRE AUSSI – «Les Gilets jaunes ne sont pas une révolution mais un mouvement de restauration»

Pour pallier l’immense «déficit démocratique» de l’édifice communautaire, le Traité de Lisbonne a accru les pouvoir du Parlement européen. Problème: ce Parlement n’en est pas un. Il ne représente pas le «peuple européen» (puisqu’il n’en existe aucun) mais se contente de faire cohabiter les représentants nationaux de vingt-huit États. En outre, il n’est pas, tant s’en faut, le principal producteur de droit communautaire. Ce rôle revient à la Cour de Luxembourg, laquelle émet de la norme à jet continu, de manière jurisprudentielle et sans en référer à personne. Enfin, le Parlement européen n’a aucune possibilité de modifier les traités alors même que ceux-ci contiennent des éléments de politique économique. Une majorité «de gauche» ou «souverainiste» régnerait-elle sur l’Assemblée de Strasbourg qu’aucune réorientation ne se produirait. Quoi qu’il se passe dans les urnes lors des Européennes de 2019, le pack juridique composé des traités et des arrêts de la Cour continuera d’imposer plus de libre-échange, plus d’austérité, plus de concurrence.
Il ne peut y avoir de réorientation de la politique économique dans le cadre du Marché unique et de l’euro
Les traités européens sont la «constitution économique» de l’Europe. Leur position de surplomb explique pourquoi la politique économique menée en France est la même depuis le milieu des années 1980, bien que se succèdent à la tête de l’État des hommes d’obédiences différentes. C’est «l’alternance unique» selon la formule de Jean-Claude Michéa, le pareil qui succède au même tout en se donnant les apparences du changement. En Union européenne, on a beau voter cela ne change rien.

En Union européenne, on a beau voter cela ne change rien.

C’est pourquoi l’ancienne Commissaire Viviane Reding pouvait par exemple affirmer: «il faut lentement mais sûrement comprendre qu’il n’y a plus de politiques intérieures nationales».
Les gouvernements des pays membres ne disposent que d’un très petit nombre d’instruments de politique économique. Aucune politique industrielle volontariste ne leur est possible puisque les traités interdisent de «fausser la concurrence» par le biais d’interventions étatiques. Aucune politique commerciale protectrice ne leur est possible puisque la politique commerciale est une «compétence exclusive» de l’Union. Aucune politique de change n’est possible puisque dans le cadre de l’euro, les pays ne peuvent dévaluer. Aucune politique monétaire n’est possible puisque c’est la Banque centrale européenne qui la conduit. Enfin, aucune politique budgétaire n’est possible puisque les pays qui ont adopté la monnaie unique sont soumis à des «critères de convergence», notamment la fameuse règle – arbitraire – des 3 % de déficit public. En outre, depuis 2010 et dans le cadre d’un calendrier appelé «Semestre européen», la Commission encadre méticuleusement l’élaboration des budgets nationaux.
Dans ces conditions, ne restent aux gouvernants nationaux que deux outils disponibles: la fiscalité et le «coût du travail».
Quant à la fiscalité, ils choisissent généralement de diminuer celle qui pèse sur le capital délocalisable et d’augmenter celle qui pèse sur les classes sociales qui ne peuvent échapper à l’impôt. En 1986 a été posé le principe de «libre circulation des capitaux» au sein du Marché unique. Depuis lors, le capital peut exercer sur chaque États un véritable chantage en menaçant de fuir vers les États voisins. Les pays membres se livrent une concurrence fiscale effrénée, certains (Luxembourg, Irlande) s’étant même constitués paradis fiscaux et vivant des possibilités d’évitement fiscal qu’ils proposent aux multinationales.

Les revenus et le droit du travail sont l’une des cibles privilégiées de l’échelon supranational.

Quant aux revenus (et au droit) du travail, ils sont l’une des cibles privilégiées de l’échelon supranational. Il suffit, pour s’en apercevoir, de lire les documents de cadrage incessamment produits par la Commission européenne, des «lignes directrices pour l’emploi» à «l’examen annuel de croissance» en passant par les «recommandations du Conseil» rédigées chaque année dans le cadre du Semestre européen. Toutes les réformes du droit du travail ayant été mises en œuvre dans les pays membres, du Jobs act en Italie à la loi El Khomri en France, ont été prescrites dans l’un ou l’autre de ces épais documents.
Enfin, les principes de «libre circulation des personnes» et de «libre prestation de service» à l’intérieur le Marché unique favorisent la course au moins-disant social. En dépit de la grande disparité des niveaux de rémunération d’un pays à l’autre, ces «libertés» mettent en concurrence tous les salariés d’Europe les uns avec les autres. Elles favorisent toute une gamme de pratiques relevant du dumping social, la plus connue d’entre elles étant le recours au travail détaché. Pour les pays dotés de l’euro, c’est encore plus grave: ne pouvant dévaluer leur devise pour doper leur compétitivité, ils sont contraints de pratiquer la «dévaluation interne», donc de faire baisser les salaires.
Pourquoi les gouvernements français successifs ont-ils œuvré à l’édification de cette Europe?
L’usage des catégories traditionnelles du marxisme contribue à la compréhension des événements actuels. Si, comme l’explique Jérôme Sainte-Marie, le mouvement des gilets jaunes remet au jour l’existence du conflit de classes, celui-ci n’a, en réalité, jamais disparu. L’Europe du marché et de la monnaie est une Europe de classes. Elle a vocation à éroder sans fin les revenus du travail et à détruire tous les outils redistributifs, en particulier les services publics, sous prétexte «d’ouverture à la concurrence» d’une part, de «maîtrise des dépenses publiques» et de «résorption de la dette» d’autre part.
Comme cela s’est déjà produit dans l’Histoire, cette politique de classe s’accommode fort bien d’un «régime d’occupation» permettant aux classes dirigeantes de se défausser et/ou de confier à plus fort qu’elles le soin de garantir un certain Ordre. Comme l’occupation stricto sensu, par une puissance étrangère ayant envahi le territoire militairement, est bien sûr inenvisageable, la fraction postnationale des élites françaises a élaboré les modalités d’une occupation soft. L’ancien président de la Commission José Manuel Barroso disait de l’Union européenne qu’elle est un «empire non impérial», une formule qui suggère à juste raison que l’agrégation des territoires à l’empire s’est faite par l’économie et par le droit, non par la force. Une fois l’unification continentale réalisée, les règles communautaires jouent le rôle qui leur revient: celui de contrainte extérieure choisie en régime de servitude volontaire.

Pour redevenir maîtres de leur destin, les Français doivent exiger que soit restituée la souveraineté nationale.

L’un des principaux slogans entendus dans les manifestations de Gilets jaunes ou sur les ronds-points est «Macron démission». Dans les conditions actuelles, le renoncement d’un homme demeurerait très insuffisant. Pour redevenir maîtres de leur destin, les Français (et tous les peuples d’Europe) doivent exiger que les cartes européennes soient rebattues en profondeur et que soit restituée la souveraineté nationale, autre nom du «droit des peuples à disposer d’eux-mêmes».
Et que l’on se rassure: la fin de l’Union européenne, ensemble contingent de règles et d’institutions au service d’intérêts particuliers, ne sera pas la fin de l’Europe, vieux continent, ni des pays qui la composent.

 
Facebook Comments