Le piège américain

Partager:
Print Friendly, PDF & Email

Nous étions nombreux le 17 janvier 2019 pour la sortie du livre de Frédéric Pierucci “Le piège américain”.

En avril 2013, Frédéric Pierucci, Vice-président d’Alstom, est arrêté à sa descente d’avion à New-York et immédiatement incarcéré. Son crime, être cadre d’une grande entreprise française qui pratique, comme toutes ses consoeurs, les pots de vin pour décrocher des marchés dans les pays émergents, en l’occurrence l’Indonésie. Mais dans le cas d’Alstom, son président, Patrick Kron, le fait avec l’arrogance d’un oligarque franchouillard et refuse de discuter avec le Département of Justice (DoJ), ce qui est la règle dans ce genre de procédure où la justice transactionnelle fait loi.

Pour faire plier l’entreprise et son arrogant président, on met donc en prison un numéro 2. Et pas n’importe quelle prison: un quartier de haute-sécurité niveau 4 avec les membres des cartels de la drogue. Le message est clair, si Kron ne plie pas, il sera emprisonné lui-aussi. S’ensuit 14 mois de détention dans des conditions extrêmement dures. Il est libéré moyennant 1,5 million de dollars de caution. Durant sa détention, M. Kron, d’une élégance raffinée, lui fait signifier son licenciement pour “abandon de poste”. Obligé de plaider coupable, ce qui ramenait le risque à 10 ans de prison contre plusieurs décennies s’il allait au procès, Frédéric Pierucci devra retourner aux Etats-Unis en octobre 2017 pour entendre sa sentence finale: 30 mois ferme. Il a été libéré en octobre 2018, grâce à un transfèrement négocié par le ministère de la justice, qui, dans cette affaire, a bien fait son boulot.

Sous la menace du DoJ, Patrick Kron acceptera de vendre Alstom à GE en voyant infliger à Alstom une amende 772 millions de dollars, qui, en pratique, ne peut être payée que grâce à la vente de l’entreprise.

M. Kron touchera une prime de 4 millions d’euros pour cet exploit qui prive la France de la maîtrise de technologies critiques pour sa souveraineté, les turbines nucléaires qui équipent nos sous-marins et le porte-avion Charles de Gaulle. L’opération a été supervisée par François Hollande et Emmanuel Macron, alors ministre de l’économie.

Une nouvelle fois, une stratégie de destabilisation et de prise de contrôle de l’économie d’un pays est menée au nom de la morale.

Son livre sorti le 16 janvier 2019, co-écrit avec Matthieu Aron,  raconte toute cette histoire qui, au-delà, d’une tragédie personnelle, est un scandale d’Etat. L’appartement de Matthieu Aron a été cambriolé après la remise du manuscrit à l’éditeur, et seuls ses ordinateurs ont été volés….  Le livre a du être amputé d’un chapitre complet de crainte des procès que peuvent intenter Patrick Kron et GE.

Pour découvrir le dispositif législatif américain de prise de contrôle des entreprises au nom de la lutte contre la corruption, vous pouvez télécharger cette brochure.

Facebook Commentaires