Droits de reproduction

Les publications de ce site sont placées sous licence Creative Common. Ils peuvent être repris à condition de citer leur auteur [Claude Rochet], leur source [Site personnel de Claude Rochet], url de la page correspondante, de ne pas modifier le contenu, de ne pas en tirer commerce.

Un endroit de rêve pour vos vacances

Un endroit de rêve pour vos vacances
Néolibéralisme 15 visites

L’école ne fabrique plus des hommes libres, mais des incultes !

Natacha Polony : «L’école ne fabrique plus des hommes libres, mais des incultes !»

GRAND ENTRETIEN – Théorie du genre, Vincent Peillon, feuille de route sur l’intégration, Natacha Polony revient sans langue de bois sur les polémiques autour de l’école qui ont émaillé cette semaine.

 

Polémique autour de la théorie du genre, dérives communautaires, résultat catastrophique au classement Pisa, l’école Française est en crise. Dans votre dernière chronique pour le Figaro, vous écrivez, «l’école n’instruit plus, n’éduque plus, elle rééduque». Qu’entendez-vous par là?

Natacha Polony – Le vieux débat entre instruction et éducation est complexe. Pour les tenants de l’instruction, dont je fais partie, l’école doit transmettre des savoirs universels. C’était le projet de Condorcet qui est le premier à avoir pensé l’école de la République à travers ses cinq mémoires sur l’instruction publique. A l’époque, on parlait bien d’instruction et non d’éducation, cette dernière revenant aux familles. Certes, l’école transmettait aussi des valeurs, mais celles-ci passaient par l’histoire, la littérature, les textes. Et c’est en cela qu’elles étaient émancipatrices puisqu’elles étaient le fruit d’un savoir. Au cours de la seconde moitié du XXe siècle cet équilibre a été bouleversé. Les savoirs ont peu à peu été abandonnés au profit de ce que les «pédagogistes» appellent le «savoir être».

Dans le socle commun de connaissances et de compétences définit par l’Education nationale, les grands textes officiels du savoir sont mis sur le même plan que certaines «compétences» qui relèvent de l’éducation des familles tel que «le savoir vivre ensemble» ou «le savoir respecter autrui». La polémique autour de la théorie du genre, bien qu’elle ait été instrumentalisée par certains extrémistes, illustre la propension de l’école à vouloir concurrencer la vision du monde transmise aux enfants par leurs parents. Il me paraît plus urgent d’apprendre aux élèves à lire, écrire et compter. En tant qu’héritier des Lumières, Condorcet misait sur l’intelligence pour élever les esprits. C’est par là que passe le combat pour l’émancipation et non par un vague catéchisme moralisateur.

La focalisation de l’école sur les questions de société n’est-elle pas justement un moyen de masquer son échec sur l’apprentissage des savoirs fondamentaux?

Certainement, mais à l’inverse la focalisation sur les questions de société est aussi l’une des causes de la crise actuelle de l’école. En effet, un collégien de troisième d’aujourd’hui cumule deux ans de retard de cours de Français par rapport à un élève des années 1970. La volonté de l’école de tout faire, l’hygiène, l’antiracisme, la sécurité routière, l’éloigne de ses missions originelles. J’ai noté le cas concret d’une classe qui a fait appel à 11 intervenants extérieurs en une semaine. Dans ces conditions, comment dégager du temps pour apprendre aux élèves à lire? Il faut effectuer des choix. Cette focalisation sur les questions de société est aussi une manière de tromper les élèves sur leur niveau réel. Pour ne pas faire de sélection, l’école nivelle par le bas en sacrifiant les savoirs fondamentaux au profit de choix pédagogiques démagogiques et accessoires.

Hormis cette dérive sociétale, quelles sont les causes profondes de cette faillite de l’école de la République?

Il y a deux problèmes qui se conjuguent. Le premier dépend de l’école elle-même. Depuis les années 70, les pédagogies constructivistes, d’après lesquelles c’est l’enfant qui construit lui-même son savoir, ont pris le pouvoir dans l’enseignement. Par exemple en ce qui concerne l’apprentissage de la lecture, les neurosciences prouvent que la méthode syllabique est plus efficace que les méthodes mixtes ou globales. C’est pourtant ces dernières qui sont privilégiées par la majorité des enseignants. Pour lutter contre l’illettrisme, il faut revenir d’urgence aux méthodes classiques et arrêter de caresser les élèves dans le sens du poil.

Le second problème est le fruit de la société. Les parents qui ont une vision consumériste de l’école se déchargent de leurs responsabilités. Gavés de télévision, les enfants ne sont plus habitués à contrôler leurs pulsions et à obéir. Ils sont donc plus difficiles à gérer pour les professeurs. Comme l’explique Marcel Gauchet, l’évolution de l’individualisme contemporain rend très difficile la transmission. L’école est confrontée à ce délitement du lien républicain.

Avec le rapport puis la feuille de route sur l’intégration, la gauche a relancé le débat sur l’interdiction du voile et plus largement sur le multiculturalisme à l’école. Le risque n’est-il pas de faire de cette dernière l’otage de tous les communautarismes?

La problématique du voile à l’école remonte à 1989 lorsque Lionel Jospin, alors ministre de l’éducation nationale, saisit le Conseil d’Etat après l’exclusion à Creil de deux collégiennes portant le tchador, puis publie une circulaire statuant que les enseignants ont la responsabilité d’accepter ou de refuser le voile en classe, au cas par cas. Or il existait déjà une circulaire, la circulaire Jean Zay du 15 mai 1937 qui rappelait la laïcité de l’enseignement public et demandait aux chefs d’établissements de n’admettre aucune forme de prosélytisme dans les écoles. Il y a donc eu carence de l’État. Le rôle des pouvoirs publics était d’affirmer la validité de cette circulaire et de faire respecter l’esprit et la lettre de la loi de 1905. Cela nous aurait évité de perdre un temps considérable et d’en passer par une nouvelle loi sur la laïcité en 2004. Venir réveiller cette question aujourd’hui est une bêtise effarante qui montre qu’une partie de la gauche a encore la tête farcie d’idées délirantes! Cette gauche-là a renoncé au projet d’intégration allant jusqu’à nier la préexistence du pays d’accueil, à nier son identité. Il n’y a plus d’hôte, plus d’accueilli. Or, une nation ne peut se perpétuer que lorsqu’elle transmet son héritage. Nous avons cessé de transmettre, pas seulement aux étrangers, à tous nos enfants.

Dans une interview accordé à Libération, Vincent Peillon en appelle pourtant à la défense de l’école républicaine… Qu’en dites-vous? Cela va-t-il dans le bon sens?

Vincent Peillon se veut un ministre philosophe et connaisseur de l’histoire de l’école. Mais il se paie de mots et se réfugie derrière les valeurs et les principes pour mieux pratiquer l’ambiguïté. Les grandes déclarations sont pour lui un moyen d’éluder les vraies questions qui sont la refonte du système des mutations, pour que les jeunes professeurs ne soient plus parachutés dans les classes les plus difficiles, et celle des méthodes d’apprentissage. Comme ses prédécesseurs, il préfère se concentrer sur des questions annexes et dérisoires: les rythmes scolaires, les 60 000 postes supplémentaires ou encore la théorie du genre. Pendant ce temps-là, l’école est incapable d’apprendre aux élèves à lire et à écrire. Elle ne fabrique plus des citoyens, plus des hommes libres, mais des incultes qui seront dépendants des discours les plus idiots! Si 80 % d’une classe d’âge va jusqu’au baccalauréat aujourd’hui, l’école est pourtant plus inégalitaire que jamais. Les statistiques sont terribles. Dans les années 60, 14 % des élèves des milieux défavorisés accédaient aux grandes écoles. Ils ne sont plus que 6 % aujourd’hui.

Facebook Comments
Print Friendly

Comments are closed.