Entretien avec J.Sapir (2/2) : Pas de sortie de crise sans sortie de l’Euro | Blog de Nico - Site de Claude Rochet

Compteur

  • 98592Lectures totales:
  • 49238Visiteurs Total:
  • 407Visiteurs par jour:
  • 0Visiteur en ligne :

Droits de reproduction

Les publications de ce site sont placées sous licence Creative Common. Ils peuvent être repris à condition de citer leur auteur [Claude Rochet], leur source [Site personnel de Claude Rochet], url de la page correspondante, de ne pas modifier le contenu, de ne pas en tirer commerce.

Un endroit de rêve pour vos vacances

Un endroit de rêve pour vos vacances

Analyse économique

Entretien avec J.Sapir (2/2) : Pas de sortie de crise sans sortie de l’Euro | Blog de Nico

Partager:
Share

[….] ” Sapir : Là encore, il faut regarder les montants. 10%du PIB allemand, ça veut dire 250 Mds. Dans les calculs que j’avais fait pour chiffrer le coût du fédéralisme, j’aboutissais en fait à 300 Mds par an nécessaires, le reste étant fourni par d’autres pays du Nord. Conservons l’idée de 250 Mds, et regardons les impôts européens qui seraient capables de fournir cela. Un impôt sur les sociétés ? Les entreprises vont quitter massivement la zone euro si on les impose à ce niveau-là. Une taxe de type protectionniste sur  les produits qui entrent dans la zone euro ? Oui, on peut penser à cela, mais il faut tout de suite savoir que ce point de vue, nous sommes quasiment les seuls, nous français, à envisager une telle solution.  Il ne faut donc pas rêver sur la faisabilité à moyen terme d’un protectionnisme européen au niveau nécessaire pour rapporter 250 Mds par an, et il n’y aura pas non plus de taxes financières à la hauteur de l’enjeu. Dans les rêves les plus fous des gens de la Commission européenne, une taxe sur les transactions financières ne rapporterait que 70 Mds. Donc on revient à notre contradiction, le fédéralisme peut être une solution, mais avec quel argent ?

See on blogdenico.fr

Partager:
Share

Comments are closed.